Le 28 mars : Les rendez-vous de l'actualité à l'Institut du monde arabe

26 mars 2019

IMA

En partenariat avec le Collège de France, l’iReMMO, l'AFP et France Médias monde, l'Institut du monde arabe lance un nouveau rendez-vous pour décrypter l'actualité.

Branchés sur le flux de l'information, les Rendez-vous de l'actualité sont un moment de décryptage, d'échange et de recul pour tous, sur les derniers événements du monde arabe. Arrêtés quelques jours avant la rencontre, le sujet, la question ou l'événement abordé seront à chaque fois tirés de l'actualité immédiate de cette région afin de coller au plus près des événements.

Le jeudi 28 mars à 19h00 :

« Que se passe-t-il au Soudan ? »

Le 14 février s'achevait au Koweït la conférence internationale pour la reconstruction de l'Irak. Réunissant plus de 70 nations, elle a montré que la question de l'avenir de l'Etat irakien était au centre des préoccupations mondiales. Si après des années de guerre, la reconstruction du pays, grande priorité des autorités irakiennes, semble enfin pouvoir avancer, elle n'est néanmoins pas nécessairement le gage d'une stabilisation durable. Quels sont les défis politiques, économiques et sociaux du pays ? Quel avenir pour l'Etat fédéral irakien ?

Pierre Haski animera cette rencontre avec :

  • Rashid Saeed, Journaliste, militant et ancien diplomate soudanais
  • Clément Deshayes, Doctorant à l’Université Paris 8, chercheur en sociologie politique, spécialiste du Soudan
  • Alice Franck, Géographe et Maître de conférence en géographie à l’université Paris‑1 Panthéon-Sorbonne

Rashid Saeed pourra donner les éléments plus politiques;

Clément Deshayes pourra donner des éléments de terrain (évolution et structuration des manifestations, organisation comités révolutionnaires dans les quartiers, différences de dynamiques entre Khartoum et la province, entre classes sociales…);

et Alice Franck pourra d’une part re-situer Khartoum dans la géographie globale du Soudan mais aussi aborder le phénomène des diasporas (exportation des manifestations en dehors des frontières soudanaises, et ce que cela dit des politiques migratoires française et européenne) et les femmes.