Les 23 et 24 octobre, Colloque - Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale

mai 68 photo

Les 23 et 24 octobre 2008

Colloque placé sous le haut parrainage de Madame Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Placé sous les tutelles scientifiques de l’Ecole nationale des Chartes
du Collège de France
du CNRS (Institut d’histoire du temps présent (IHTP)
de l’Institut national de l’audiovisuel (INA)


Colloque conçu et organisé par Agnès Callu (Ecole des Chartes - CNRS)


Ce colloque, s’appuyant sur les récits d’expérience d’une population donnée : principalement des historiens, entend réfléchir aux héritages de Mai 68 pour les outils de la recherche, la circulation des connaissances, les renouvellements historiques et la refondation des structures de transmissions des savoirs. Analysant les contenants des narrations, soit des biographies fabriquées a posteriori, enregistrées et, pour certaines, captées par l’image, il espère décrypter les discours rétrospectifs portés par des « intellectuels » sur l’impact d’un événementiel aux césures réputées décisives. Il s’interroge, en profondeur, sur les phénomènes de socialisation, à l’échelle individuelle et collective, aux imaginaires sociaux agrippés à des figures ou groupes générationnels, aux confluences entre interprétations historiennes et grilles de lecture politisées, aux changements opérés dans les Universités et établissements d’enseignement supérieur, aux codes enfin qui définissent ou redéfinissent l’appréhension et l’appropriation des sciences sociales dans les années 1970.

A - Icône PDF télécharger le programme

This colloquium, based on the spoken experiences of a particular group: aims to explore the legacy of May 68, on research tools, historical renewing, and knowledge transmitting schemes. By analyzing the content of these testimonies, either recorded biographies or, for some, filmed, we hope to understand the retrospective discourses made by “Intellectuals” about this series of events and their impact on reputedly decisive breaks. We will explore in depth the phenomenons of socialization, on both individual and collective levels, how the social imaginaries cling to certain figures or generational groups, the convergences between historian and political interpretations, the changes instilled in the universities and higher education, the social codes that define perception and appropriation of social sciences in the seventies.

Das Kolloquium, das sich vornehmlich auf Erfahrungsberichte von Historikern stützt, möchte über die Auswirkungen des Mai 68 auf die Forschungsmethoden, die Zirkulation von Erkenntnissen, die historischen Erneuerungen und die Umarbeitung von Wissensvermittlung nachdenken. Durch die Analyse des Inhalts der Erzählungen, deshalb der Biographien, die im Nachhinein geschaffen, aufgezeichnet und – für einige – in Bildern eingefangen wurden, hofft das Kolloquium den retrospektiven Diskurs der „Intellektuellen“ über dieses Ereignis mit bekanntlich einschneidender Wirkung zu entschlüsseln. Es befragt die Phänomene der Sozialisation, sowohl auf individueller als auch auf kollektiver Ebene, die sozialen Vorstellungen, die an bestimmte generationsspezifische Figuren oder Gruppen gebunden sind, das Zusammenfließen von historischen Interpretationen und politischen Lektürerastern, die Veränderungen die an den Universitäten und weiterführenden Bildungseinrichtungen durchgeführt wurden, und schließlich die Codes, welche die Aneignung der Sozialwissenschaften der 70er Jahre definieren.


Mai 68 logo
Conseil scientifique

Sous la présidence de Daniel Roche, professeur émérite au Collège de France.
Fabrice d’Almeida, professeur des Universités à l’Université Paris II, Dominique Barjot, directeur de l’École doctorale d’Histoire moderne et contemporaine de l’Université de Paris-Sorbonne, Jacques Berlioz, directeur de l'École nationale des chartes, Anita Guerreau-Jalabert, directrice de recherche à l'Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT), Emmanuel Hoog, président directeur général de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), Christian Ingrao, directeur de l’IHTP, Marc Lazar, professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris, Christophe Prochasson, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Henry Rousso, directeur de recherche à l’Institut d'histoire du temps présent (IHTP).

Equipe de recherche

Sous la direction d’Agnès Callu (Ecole des Chartes – CNRS, IHTP)
Communications présentées par : Agnès Callu (Ecole des Chartes), Valérie Carpentier (Ecole des Chartes), Myriam Chermette (Ecole des Chartes), Benoît Corvez (Ecole des hautes études en sciences sociales), Alain Dubois (Ecole des Chartes), Cécile Formaglio (Ecole des Chartes), Anne-Sophie Lechevallier (Ecole des hautes études en sciences sociales), Jean-François Moufflet (Ecole des Chartes), Julie Pagis (Ecole normale supérieure – Ecole des hautes études en sciences sociales), Damien Richard (Ecole des Chartes), Violette Rouchy-Lévy (Ecole des Chartes), Gabriel Séjournant (Université Paris IV)
Collaborations de Christiane Nantois-Pigeon et Esther Zajac (Ecole des hautes études en sciences sociales)

Contact : Agnès Callu
agnès.callu@culture.gouv.fr

http://elec.enc.sorbonne.fr/mai68/

http://www.enc.sorbonne.fr/le-mai-68-des-historiens-entre-identites-narratives-et-histoire-orale.html