Où va la philosophie médiévale ?

Où va la philosophie médiévale ?

Qu’est-ce que le Moyen Âge philosophique ? Comment penser, s’agissant de sa philosophie, l’unité d’une « période » d’environ dix siècles ? Quand débute-t-elle ? Quand s’achève-t-elle ? Si toute périodisation est relative à un objet et si la philosophie s’enseigne autant qu’elle se vit, on répondra, l’œil fixé sur l’institution scolaire, que le Moyen Âge philosophique commence au VIe siècle avec la fermeture de l’École néoplatonicienne d’Athènes et se termine, à la toute fin du XVe, avec la création à Padoue d’une chaire d’enseignement d’Aristote en grec. Faire l’histoire de la philosophie médiévale, c’est donc faire l’histoire des textes philosophiques de l’Antiquité, de leurs formes et genres, de leur survie, de leur diffusion, de leur transmission, de leur reproduction, de leur lecture ; c’est s’intéresser aux traductions et aux traducteurs, à la constitution des corpus, à la formation des canons, aux institutions, communautés, groupes sociaux, individualités qui d’une manière quelconque y contribuent ; aux relations que ces acteurs entretiennent ; à leur fonction dans la société ou dans les Églises ; à leur idéologie. Entre la fermeture de l’École d’Athènes et la montée en chaire du grec en Italie, puis en France, il n’y a pas qu’un « Moyen Âge » : il y a plusieurs continuations de l’Antiquité tardive et plusieurs ruptures avec elle. Certaines se prolongent jusqu’à nous : c’est le « long Moyen Âge ». Pour explorer un champ aussi vaste, il faut une méthode particulière : le Constructive Re-Enactment (« ré-effectuation constructive ») de Robin G. Collingwood, l’histoire des idées selon Arthur O. Lovejoy, la « mise en intrigue » (Emplotment) narrativiste, l’Abbau (déconstruction) phénoménologique peuvent, à des degrés divers, en fournir des principes ou des éléments. L’enseignement donné dans le cadre de la chaire d’histoire de la philosophie médiévale fera un pas de plus, en direction d’une archéologie philosophique dont on évoquera l’objectif : déterminer, selon le mot de Michel Foucault, « ce qui rend nécessaire une certaine forme de pensée », et dont on précisera pour l’année académique 2014 le premier terrain d’application : l’invention du « sujet » moderne, aux confins disputés de la philosophie médiévale de l’esprit, du dualisme « cartésien » et de la psychologie naissante.