Maladies neurologiques et psychiatriques : un éclairage développemental (suite)

Plasticité corticale normale chez l’adulte et ses limites