De la littérature comme sport de combat (suite)

Ce bois fatal m'a fait pleurer deux fois