L'apothéose de saint Joseph. La Josephina de Jean Gerson (1414-1417) et ses enjeux doctrinaux

La Josephina, poème épique de près de 3000 hexamètres, a été composée par Jean Gerson, chancelier de l’Université de Paris, entre 1414 et 1417, pour l’essentiel au concile de Constance. Rédigée dans un contexte de grand trouble politique et ecclésiastique, cette épopée est l’une des formes qu’adopte l’action réformatrice du chancelier en ce qu’elle entend promouvoir le culte à saint Joseph et son mariage virginal avec Marie comme exemples de l’union mystique du Christ et de l’Église. La vaste reconstruction de la figure de Joseph entreprise dans le poème n’allait pas sans hardiesse doctrinale. Parmi les nouveautés proposées par Gerson, se trouvent non seulement sa sanctification in utero et la justification théologique d’un Joseph jeune, mais aussi son assomption dans les cieux avantson épouse et le Christ lui-même – assomption inouïe qui soulève bon nombre de questions en lien avec l’énigmatique récit de Mt 27, 52-53 sur les justes ressuscités à la mort de Jésus.