(29/07/2016) Colloque de rentrée 2016. Migrations, réfugiés, exil. Les 12-13-14 octobre 2016

Colloque de rentrée 2016

Collège de France
Amphithéâtre Marguerite de Navarre
11, place Marcelin Berthelot
75005 Paris

Entrée libre, sans inscription dans la limite des places disponibles

Comité scientifique : Patrick Boucheron, Jean-Pierre Brun, Anne Cheng, Philippe Descola, Antoine Georges, Edith Heard, Alain Prochiantz, Philippe Sansonetti, Alain Supiot

Depuis l’été 2015, l’afflux massif de réfugiés quittant le Moyen Orient est généralement présenté dans le débat public comme une « crise des migrants » qui mettrait à l’épreuve les défenses sécuritaires de l’Europe. On pourrait à l’inverse défendre l’idée que ce défi humanitaire place les réfugiés face à la crise de l’Europe. Elle interroge non seulement l’universalité
des droits de l’homme, mais l’histoire même des rapports des sociétés aux grandes vagues migratoires qui les constituent.
C’est à les envisager dans la longue durée, et dans une perspective délibérément interdisciplinaire, que sera consacré ce colloque de rentrée du Collège de France. Volontaires ou contraints, les mouvements de population à grande échelle y seront examinés dans leur dimension historique, démographique, anthropologique, biologique, psychologique, sociologique, économique, géographique, linguistique et juridique. Au-delà du modèle diffusionniste qui eut longtemps cours dans l’archéologie des migrations, le colloque questionnera les effets des contacts entre migrants et sociétés, abordant tour à tour les notions de diaspora, de colonisation, d’asile et de refuge. Si l’on s’attachera donc à aborder sereinement les nouveaux exodes cosmopolites dans le cadre des migrations transnationales induites par la mondialisation, on n’en abordera pas moins de front les enjeux politiques que soulève cette question aujourd’hui. Voici pourquoi le colloque s’ouvrira exceptionnellement par une table ronde rassemblant quelques acteurs européens majeurs, parmi les personnalités politiques et associatives qui, en prenant en charge aujourd’hui la situation des populations déplacées, font voir un autre regard sur l’Europe. Sans doute n’est-il pas inutile alors de rappeler, dans un lieu comme le Collège de France, combien l’Europe s’est aussi construite comme une communauté ouverte de destins et de savoirs, la figure de l’exilé nous mettant au défi de redonner sens aux valeurs philosophiques de l’hospitalité.

suite  [4009.0Ko]