En relation avec le sujet du cours

Y a-t-il une place pour la justice dans l’éthique médicale ?

Docteur es sciences économiques en 1967, agrégé de sciences économiques en 1970, Joseph Brunet-Jailly a été assistant à la Faculté des sciences juridiques, politiques et économiques de Strasbourg de 1962 à 1968, puis chargé de cours et ensuite maître de conférences à la Faculté des Sciences Économiques d’Aix-en-Provence, avant d’y être nommé professeur (1975), puis élu doyen (1979-1982). Alors spécialiste reconnu de l’économie du système de santé français et de l’économie des systèmes d’assurance maladie des pays d’Europe, il sera à sa demande détaché en 1986 à l’ORSTOM, pour prendre à Bamako (Mali) la direction d’un projet conjoint de l’ORSTOM et du Ministère français de la Coopération, projet qui avait pour objectif de former de jeunes diplômés maliens à la recherche dans les sciences sociales de la santé (économie, sociologie-anthropologie, épidémiologie). Pendant l’exécution de ce projet, qui s’est étendue de 1986 à 1995, le Professeur Brunet-Jailly a complété sa formation en acquérant une connaissance approfondie des systèmes de santé d’Afrique de l’Ouest, et a choisi de devenir directeur de recherches à l’ORSTOM (devenu depuis lors Institut de Recherche pour le Développement – I.R.D.). En 1995, il a été affecté à Abidjan où il est resté jusqu’en 2000, travaillant sur l’économie de la lutte contre le sida, avant de revenir à Bamako en qualité de Représentant de l’IRD (2000-2004). C’est au cours de son séjour à Abidjan qu’il a été confronté à la nécessité de réfléchir à l’éthique médicale de la décision de santé publique. Depuis 2004, il exerce en qualité de consultant indépendant (actuellement en relation avec le Center for Global Development, de Washington) et il est chargé d’enseignement à Sciences-Po.