Réduire enfin la mortalité maternelle: une perspective à la portée des pays d'Afrique Subsaharienne

Le docteur Hubert Balique est un artisan de la santé publique. Après 2 ans d’exercice dans l’action humanitaire en Afrique et en Asie, puis 37 ans de travail au Mali et dans une quinzaine d’autres pays d’Afrique Subsaharienne, il a rejoint son poste de Maître de Conférences à la Faculté de Médecine de Marseille. Son parcours professionnel l’a conduit de l’enseignement de la santé publique à la faculté de médecine de Bamako aux fonctions de Conseiller Régional Santé de la Coopération Française en Afrique de l’Ouest, avant d’occuper à plusieurs reprises des postes de Conseiller Technique du Ministre de la Santé du Mali et du Niger. Formé en médecine, en économie et en socio-anthropologie, le docteur Hubert Balique est spécialiste des systèmes de santé dans les pays en développement. Son expérience a couvert l’ensemble du champ de la santé publique en allant des soins de santé primaires aux réformes hospitalières en passant par le financement de la santé et la gestion des ressources humaines. Il a notamment été l’initiateur des centres de santé communautaires et de la médecine de campagne au Mali.

Réduire enfin la mortalité maternelle: une perspective à la portée des pays d'Afrique Subsaharienne

Les évènements survenus dans le Nord du Mali au cours de l’année 2012 ont conduit à un triple drame humain : plus d’1 million de personnes restées dans la zone occupée sont coupées depuis 8 mois de tout contact avec le système national de soins ; près de 200 000 personnes ont fui l’insécurité de leur zone de résidence pour se rendre dans la zone libre ; plus de 200 000 personnes ont du se réfugier dans les pays limitrophes (Niger, Burkina, Mauritanie et Algérie). De plus, l’effondrement de la situation économique du pays, qui a fait suite au coup d’Etat de Mars 2012  a amené l’Etat à réduire d’un tiers son budget, privant ainsi l’ensemble des structures publiques de santé de la quasi-totalité de leur budget de fonctionnement.

En réponse à cette situation, les ONG humanitaires et les Nations Unies se sont immédiatement mobilisées pour apporter leurs secours aux populations souffrantes. Si leurs interventions doivent être soutenues et même amplifiées pour faire face à la situation sanitaire gravissime dans les deux zones du pays, les deux enjeux actuels que doit affronter le Mali sont non seulement de compenser les effets sanitaires de la crise, mais aussi de minimiser les conséquences négatives que pourrait avoir la conduite des actions humanitaires sur l’organisation et le fonctionnement général du système de soins. C’est en effet sur ce dernier que reposera la reprise des différents programmes lorsque le Mali aura retrouvé la paix.