Georges Dumezil Chaire de Civilisation indo-européenne (1946-1968)

Biographie

  • fr

Né à Paris, le 4 mars 1898. Bordelais par son père, Angevin par sa mère.
Décédé le 11 octobre 1986.

La leçon inaugurale est épuisée.

Distinctions

  • Docteur honoris causa des Universités d'Upsal (1955), d'Istanbul (1964), de Berne (1969) et de Liège (1979).
  • Membre associé de l'Académie Royale de Belgique (1958).
  • Membre correspondant de l'Académie des Sciences de Vienne (1968).
  • Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris (1970).
  • Honorary Member of The Royal Irish Academy, Section of Polite Literature and Antiquities (1974).
  • Honorary Fellow of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland (1974).
  • Membre de l'Académie Française (1978).
  • Officier de la Légion d'Honneur.
  • Croix de Guerre 1914-1918.
  • Commandeur des Palmes Académiques.

Carrière

Après des études au Collège de Neufchâteau, aux lycées de Troyes et de Tarbes et au lycée Louis-le-Grand, il entra à l'École Normale Supérieure en 1916.

Mobilisé peu après, il participa aux combats de 1917 et 1918. Après l'agrégation des Lettres et quelques mois d'enseignement au Lycée de Beauvais, il fut en 1921, lecteur à l'Université de Varsovie

  • Boursier de doctorat, il soutint sa thèse sur « Le Festin d'Immortalité » dans les mythologies indo-européennes, 1924.
  • Professeur d'Histoire des Religions à l'Université d'Istanbul, 1925-1931.
  • Lecteur à l'Université d'Upsal, 1931-1933.
  • Chargé de conférences, à l'École Pratique des Hautes Études, Ve section.
  • Directeur d'études (EPHE), Ve section, pour l'étude comparative des religions des peuples indo-européens, 1935-1968.
  • Élu au Collège de France à la chaire de Civilisation Indo-Européenne, 1949-1968.
  • Il passa trois années aux États-Unis (Princeton, Chicago, Los Angeles), 1968-1971.

En outre, de 1928 à 1930, puis continûment à partir de 1954, il s'est consacré à sauver, avant sa complète disparition, l'oubykh, langue résiduelle du Caucase du Nord-Ouest, qui n'est plus parlée que par quelques vieillards dans deux villages d'Anatolie.