Équipe

Khalid Benhammad, Secrétaire
Tél. 01 44 27 13 95

Manon-Nour Tannous

Manon-Nour Tannous, ATER à la chaire

Docteure en Relations internationales et chercheure associée au Centre Thucydide à l’Université Paris II (Panthéon-Assas), j'ai consacré ma thèse aux relations franco-syriennes sous les deux mandats présidentiels de Jacques Chirac (1995-2007). Ce travail de recherches visait à comprendre cette période charnière des relations bilatérales entre Paris et Damas à travers un concept, celui de "bilatéralisme de levier". Ce travail fera l'objet d'une publication à la rentrée sous forme d'ouvrage.

La problématique des politiques occidentales face au monde arabe en général et à la Syrie en particulier, constitue mon principal champ de recherches, et a fait l'objet de divers articles dans des revues à comité de lecture ou d'interventions dans des colloques académiques (Paris, Londres, Montréal, Rome). Depuis 2011, par ma connaissance du terrain syrien, j'ai pu produire un ensemble d'analyses sur le conflit en cours dans le cadre des activités des programmes de recherche. D'une part il s'est agi d'analyser, en prolongement de ma thèse, la politique française sur la crise syrienne : « "Tenir son rang" : la politique française à l’épreuve de la crise syrienne (2011-2015) » (Critique internationale, 2017/1, nº 74) ou encore « La France et l’approche multilatérale de la crise syrienne » (Annuaire français des Relations Internationales, 2017). D'autre part, j'ai étudié les négociations internationales, ainsi que les gains et les limites du multilatéralisme : « Geneva 2: Dealing with the devil », Singapour Middle East Papers, 2014.

Je suis présidente du Cercle des Chercheurs sur le Moyen Orient (CCMO), association destinée à assurer la visibilité des travaux des jeunes chercheurs (publications, colloques internationaux) et à les accompagner dans la construction de leurs recherches (séminaires doctoraux).

Matthieu Rey

Matthieu Rey, Chercheur associé

Agrégé, arabisant, avec des notions de persan et chargé de recherche à l'Iremam (CNRS- UMR 7310). Après avoir réalisé une thèse sur les parlementaires syriens et irakiens des années 1950, et réalisé un long terrain en Syrie (2009-2013), mes recherches se sont élargies à d'autres thématiques dans le cadre de mon recrutement au Middle East Institute de Singapour puis au Collège de France comme maitre de conférence, comprenant la guerre froide dans le monde arabe, les élections, la crise syrienne et les politiques de développement. J'entreprends actuellement la rédaction d'une monographie sur la Syrie contemporaine (XIXe-XXIe siècle), première étape d'un plus vaste chantier questionnant la construction de l’État dans l'Orient arabe et persan. Dans le cadre de la chaire, je poursuis un travail collectif sur l'écriture de l'histoire (avec Chaymaa Hassabo et Henry Laurens) et participe au projet attentat 1979 qui doit donner lieu à un ERC. 

Jalila Sbaï, Chercheuse associée

Enseignante invitée à Sciences-Po Rabat, Université internationale de Rabat, j’y dispense un enseignement en master 2 intitulé : La politique musulmane de la France et l’islam dans les relations internationales au XXe et XXIe siècle.
Mon doctorat d’histoire, spécialisé en religions et systèmes de pensée (EPHE), a consisté en la mise en évidence de l’articulation chrétienne de la politique musulmane de la France au XIX-XXIe siècle et l’analyse de l’impact de cette articulation sur les politiques suivies par la France dans le monde musulman.
Mes travaux ont essentiellement porté sur les politiques religieuses françaises en contexte colonial et en situation d’émigration. Ils traitent de la problématique de la politique musulmane de la France, de l’islam et de l’émigration maghrébine/musulmane en France.
Mes recherches actuelles tentent de donner une nouvelle lecture de ces problématiques en y intégrant les rapports inter-religieux et intercommunautaires en France et dans le monde arabe ; ainsi que le rôle joué par les orientalistes chrétiens au sein des systèmes universitaire, diplomatique et militaire.
Par ailleurs, j’ai enseigné pendant plusieurs années l’histoire de l’Orient arabe à l’INALCO en tant que moniteur, ATER et assistante du professeur Henry Laurens.

François Ceccaldi, Doctorant

Doctorant à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en codirection avec M. Hamit Bozarslan et M. Henry Laurens, je travaille sur les mutations de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) après la signature des accords d’Oslo en 1993.

Dans mes travaux, je m’intéresse particulièrement aux mouvements d’opposition internes et à la question de la réforme de l’OLP à partir des années 1990. J’ai séjourné plusieurs années en Palestine, dont deux ans en tant que boursier de l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), et présenté plusieurs analyses sur les thèmes de la diplomatie palestinienne et des dynamiques partisanes au sein du mouvement national palestinien.

Dima Alsajdeya, Doctorante

Doctorante à l’université Panthéon Assas Paris II, centre Thucydide- Analyse et recherche en relations internationales, je m’intéresse dans le cadre de mes recherches de doctorat codirigés par Monsieur le Professeur Julian Fernandez et Monsieur le Professeur Henry Laurens, à l’implication et au rôle de l’Egypte dans les tentatives du règlement du conflit israélo-palestinien sous la présidence de Moubarak (1981-2011). 
Ce travail de recherche vise à étudier les différents mécanismes de régulation des conflits dans l’histoire de l’implication de l’Égypte dans les tentatives du règlement du conflit israélo palestinien. L’objectif est de réévaluer le rôle de l’Égypte en tant que puissance médiatrice dans les processus de paix pendant cette période.  Mes recherches dans ce domaine m’ont amenée à présenter de nombreuses communications et à publier quelques articles.

Valérie Stiegler

Valérie Stiegler, Doctorante

Doctorante à l’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne) sous la direction du Professeur Henry Laurens et du Professeur Alya Aglan, je prépare une thèse de doctorat consacrée à la politique méditerranéenne du président Georges Pompidou (1969-1974). L’objectif est de réévaluer le poids de l’initiative française dans l’émergence d’un dialogue entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée et de mieux comprendre le rôle des acteurs de l’époque. Mes recherches m’ont conduit à présenter régulièrement des communications en France et à l’étranger autour des thèmes de la guerre froide dans le monde arabe, du dialogue euro-méditerranéen et des politiques occidentales face à la Méditerranée tant dans un cadre bilatéral que multilatéral.En complément de ce travail, je participe aux activités du CCMO (cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient) et du Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe – UMR 8138) en qualité de chercheuse associée.