Jean Dausset Chaire de Médecine expérimentale (1977-1987)

Biographie

Né le 19 octobre 1916 à Toulouse, fils du Dr Henri Dausset, pyrénéen et de Élisabeth Brullard, lorraine, fait ses études secondaires à Paris au Lycée Michelet et devient Docteur en médecine de la faculté de médecine de Paris en 1945. Interne puis assistant des Hôpitaux de Paris, il s’engage dans l’armée au Maroc en 1941. Il est transfuseur pendant la campagne de Tunisie (1943) et la campagne de Normandie en 1944. À la Libération, il se consacre à la recherche au Centre Régional puis au Centre National de Transfusion Sanguine. Il participe très activement, avec le Professeur Robert Debré, à la création des Centres Hospitaliers Universitaires (1955-1958). C’est en 1952 qu’il fait l’observation princeps d’une leucoagglutination massive. Il décrit en 1958 le premier antigène leucocytaire (Mac) du futur système HLA. Nommé successivement Professeur agrégé (1958) puis Professeur d’Immuno-Hématologie à la Faculté de Médecine de Paris (1968), il accède en 1977 à la chaire de Médecine expérimentale du Collège de France. Il est décédé le 6 juin 2009.

Sur le plan scientifique, il consacre toute sa vie à l’étude du complexe majeur d’histocompatibilité de l’homme (HLA) dont il démontre, à l’aide de greffes de peau faites sur des volontaires, l’importance en transplantation. Il publie les premières études sur les associations possibles entre les groupes tissulaires HLA et les maladies. Il organise en 1972 le travail anthropologique qui définit les groupes HLA dans les différentes populations du globe. En 1969, il fonde France-Transplant.
L’Unité de Recherche de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale qu’il a dirigé à l’Hôpital Saint-Louis de 1968 à 1984 a décrit de nombreux antigènes du système HLA et a apporté de nombreuses contributions sur la réponse immunitaire de l’homme. Jean Dausset a créé en 1983 le Centre d’Étude du Polymorphisme Humain dont le siège a été au Collège de France et qui contribue à l’établissement de la carte génétique et physique du génome humain et à la localisation des gènes des maladies génétiques.

Enfin, il contribue à l’étude des molécules HLA dites « de tolérance », en particulier HLA-G qu’inhibe la réaction de la mère contre son fœtus incompatible.
HLA-G joue aussi un rôle en protégeant les tumeurs contre la réaction de rejet du patient.

Ses recherches se sont poursuivies en collaboration avec le Dr Edgardo Carosella sur la molécule HLA-G inhibitrice de la réponse immune.
L’année 2003 a été marquée par le 3e congrès sur la molécule HLA-G que je préside conjointement avec le Dr Edgardo Carosella et organisé au Collège de France du 7 au 9 juillet 2003.

Distinctions

  • Professeur Honoris Causa de l’Université Libre de Bruxelles, de l’Université de Genève, de Liège, de Lisbonne, de Rome, de Madrid, de Lima, de Zagreb, de Zaragosse, de Buenos Aires et de Las Palmas (Canaries) ;
  • Membre de l’Académie des Sciences de l’Institut de France (1977), de l’Académie de Médecine (1977) ;
  • Membre étranger de l’American Academy of Arts and Sciences (1979) et de la National Academy of Sciences (Washington, 1980).
  • Grand Prix des Sciences Chimiques et Naturelles (1967),
  • Médaille d’Argent du CNRS (1967),
  • Grand Prix Scientifique de la Ville de Paris (1968),
  • Prix Cognacq-Jay de l’Académie des Sciences (1969),
  • Prix de la Fondation Gairdner (1977),
  • Prix de la Fondation Koch (1978),
  • Prix de la Fondation Wolf (1978).
  • Prix Nobel de Médecine et de Physiologie (1980),
  • Prix Honda (1988).
  • Grand Officier de la Légion d’Honneur,
  • Grand-Croix du Mérite National.