Synthèses

  • fr

Un goût certain pour l’exposé de questions générales a conduit J. Guilaine à approfondir, dans de nombreux articles et ouvrages, spécialisés ou destinés à un public plus large, divers sujets concernant les premières communautés agro-pastorales, puis métallurgiques.

La Protohistoire ancienne de la France a été l’objet de plusieurs livres : synthèses dirigées en faisant appel à la communauté scientifique (La Préhistoire française : civilisations néolithiques et protohistoriques, 1976 ; Le Néolithique de la France, 1986) mais aussi ouvrages écrits à l’intention du grand public (La France d’avant la France, 1980).

La Méditerranée a constitué un axe de réflexion privilégié non seulement pour ce qui concerne la mise en place des premières communautés paysannes mais aussi l’analyse des transformations qui, dans la longue durée, ont conduit aux sociétés complexes des Âges du cuivre et du bronze et à la genèse des civilisations classiques. À partir du moment où l’économie de production a colonisé l’espace méditerranéen, l’évolution s’effectue par dynamique interne avec apparition, au Vᵉ millénaire, des premiers dénivelés sociaux. Un nouveau stade se manifeste au IIIᵉ millénaire avec un renforcement de la compétition et renforcement de politiques identitaires : accentuation des conflits, développement de la métallurgie, première statuaire européenne, sépultures collectives. Avec l’Âge du bronze au IIᵉ millénaire s’affirmera à nouveau le rôle central de l’individu dans l’évolution sociale. Ces thèmes ont été développés dans La mer partagée (1994) et dans De la vague à la tombe (2003).

Plusieurs travaux ont également été consacrés à la Protohistoire de l’Europe : ainsi de l’édition avec Salvatore Settis du premier tome d’une Storia d’Europa (1994) ou de la direction d’un Atlas du Néolithique de l’Europe occidentale (1998).

*

Dans son enseignement à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, puis au Collège de France, J. Guilaine a tenté de concilier une double exigence : aborder dans ses cours des problèmes généraux et les éclairer, dans ses séminaires, de la diversité des exemples. Ces derniers lui ont permis de faire le point sur les développements de la recherche touchant aux divers berceaux mondiaux de l’agriculture mais aussi au rôle insoupçonné de leurs « marges », tantôt débitrices, tantôt créatrices : Caucase, Asie centrale, Indus, Arabie, Soudan dans l’Ancien Monde, Amazonie en Amérique. Y ont aussi été abordés les problèmes de la naissance des villages, de l’émergence des civilisations mégalithiques, de l’usage de certains matériaux ou de pièces finies dans le codage symbolique et le fonctionnement social, dans l’apparition des premiers centres urbains.