Terrains

  • fr

Chypre et le Proche-Orient

Soucieux de s’investir dans la plus ancienne aire-foyer de la planète, J. Guilaine a choisi Chypre comme terrain d’analyse. Ses fouilles sur le site de Shillourokambos ont permis de reculer de 1500 ans l’apparition du Néolithique sur l’île, jusque-là attribué à la culture de Khirokitia, une version tardive du Précéramique chypriote. Par la suite, les travaux menés avec F. Briois et J.-D. Vigne à Klimonas ont encore reculé dans le temps l’installation des premiers agriculteurs à Chypre. C’est donc toute la périodisation du Précéramique de l’île, entre 9000 et 7000 BC, que ses travaux ont mis en évidence, en étroit parallèle avec le PPNA et le PPNB du continent. Tout au long des étapes de la néolithisation, Chypre réplique immédiatement les avancées culturelles ou matérielles (domestication des plantes, puis des animaux) qui se manifestent dans la zone motrice.

 

Entre Égée et Adriatique : Sidari

Un programme de recherche mis en place avec l’ephorie de Corfou (G. Metallinou) a permis d’approfondir les caractères de la néolithisation sur une zone culturelle frontière entre Égée et Adriatique. Succédant à un Mésolithique local, un Néolithique « initial », porteur d’une céramique monochrome assimilable aux premiers horizons néolithiques thessaliens, s’implante sur le site avec agriculture et animaux domestiques. Par la suite se constitue un Néolithique ancien à poterie imprimée qui deviendra le vecteur néolithisant dans toute la Méditerranée occidentale.

 

L’Italie du Sud-Est

Quinze ans de travaux en Italie du Sud ont permis de donner une plus forte identité au Néolithique ancien de cette région à travers la fouille de deux sites : Torre Sabea et Trasano I. Ils ont révélé d’importantes structures anthropiques dès l’implantation des agriculteurs (enclos à bestiaux à Trasano), posé la question des héritages autochtones (industrie lithique de Torre Sabea), établi une sériation céramique stratigraphique : divers horizons a impressa successifs (trois phases de Trasano), Néolithique moyen à poterie peinte (bandes rouges), Néolithique récent de type Serra d’Alto. Des précisions ont été apportées sur les caractères de l’agriculture céréalière et de l’élevage (basé au départ sur le couple bovins-ovins).

 

Le Sud de la France

Aires privilégiées lors de ses débuts en archéologie, Languedoc et Pyrénées ont été l’objet de recherches d’envergure. La stratigraphie de la grotte Gazel a donné une séquence complète de l’évolution du Mésolithique récent au Néolithique cardial et épicardial. La stratigraphie de Font-Juvénal (7 m de puissance) a révélé un ensemble de cultures du Néolithique ancien à l’Âge du bronze. Divers travaux ont contribué à la définition de plusieurs groupes culturels : Impressa italique (Pont-de-Roque-Haute), Montbolo, Bizien, Vérazien, Campaniforme pyrénéen, souvent à partir de sites éponymes.

 

La principauté d’Andorre

Les recherches entreprises en Andorre ont eu pour objectif d’analyser un modèle de néolithisation en région de haute montagne. Les fouilles à la Balma de la Margineda ont donné une séquence complète de l’Épipaléolithique / Mésolithique pyrénéen (Azilien, industries à triangles, Mésolithique récent) au Néolithique ancien.

 

L’Espagne du Nord-Est

Les chantiers ouverts en Catalogne ont apporté des précisions sur l’Épipaléolithique (Balma del Gai), le Néolithique ancien cardial, le Néolithique moyen de type Montbolo ou Molinot (Cova del Toll).