Paléoanthropologie : les Dénisoviens atteignent de nouveaux sommets sur le plateau tibétain

1er mai 2019

Une mâchoire de Dénisovien vieille de 160 000 ans découverte dans une grotte du plateau tibétain apporte la preuve de la présence de cet ancien groupe humain loin de la grotte de Denisova en Sibérie. Une mâchoire, décrite dans l'édition de la revue Nature de cette semaine, représente le plus ancien fossile d'hominidé connu sur le plateau tibétain. Cette découverte indique que les Dénisoviens se sont adaptés aux environnements de haute altitude et pauvres en oxygène bien avant l'arrivée de l’Homo sapiens.
  
Les Dénisoviens sont un groupe-frère éteint des Néandertaliens, connu uniquement grâce à des fragments de fossiles découverts dans la grotte de Denisova, dans le sud de la Sibérie. On retrouve aussi les traces de leurs génomes dans certaines populations actuelles en Asie. Les Sherpas, les Tibétains et les populations voisines présentent notamment une caractéristique génétique dérivée des Dénisoviens, et qui est essentielle à la vie prolongée en conditions de haute altitude. Cependant, la raison pour laquelle les Dénisoviens auraient développé cette adaptation n'était pas comprise à ce jour, car les preuves fossiles de leur existence demeuraient confinées à la grotte de Denisova, située à seulement 700 mètres d'altitude.
  
Jean-Jacques Hublin et ses collègues décrivent une mandibule d'hominine découverte dans la grotte de Baishiya située sur le plateau tibétain à une altitude de 3 280 mètres. L'analyse des protéines contenues dans cet ossement a permis de l'identifier comme appartenant aux Dénisoviens. Une datation par radio-isotopes indique qu'elle a au moins 160 000 ans. Cet âge est antérieur aux preuves les plus anciennes de présence humaine à une telle altitude sur le plateau tibétain (environ 30 000 à 40 000 ans). L'altitude à laquelle ce fossile a été trouvé pourrait expliquer pourquoi les Dénisoviens possédaient des caractéristiques génétiques qui leur procuraient une adaptation à des environnements à faible teneur en oxygène. L'âge de la mâchoire est compatible avec le plus ancien fossile de Dénisovien actuellement connu de la grotte de Denisova et partage certaines caractéristiques avec les fossiles de Dénisoviens décrits précédemment, comme la taille importante des dents. La découverte permet aussi de relier d’autres fossiles chinois à ce groupe. L'ensemble de ces résultats apportent une meilleure compréhension de l'histoire de l'évolution des hominines à l'est de l'Asie.

Hublin Dénisoviens