L'École des Beaux-Arts, de Paris à Marseille et à la Prusse orientale

Passé le moment difficile de l’exode et les tentatives de repli des Beaux-Arts dans le sud-ouest, l’enseignement de l’architecture retrouve une sorte de normalité pendant l’occupation, sous la direction de Paul Landowski, qui préside avec réticence à l’exclusion des professeurs juifs. L’étude des projets élaborés à Paris, a Marseille et jusque dans les camps de prisonniers de Prusse orientale, révèle la ligne de l’École, entre indifférence à la situation de la France, stratégies d’évasion vers des programmes exotiques et réponse aux thèmes de la politique de Vichy. Dans le même temps, la création d’une Section des hautes études dessine une nouvelle stratégie pour former les élites de la profession.