Robotique et santé

La chirurgie par les voies naturelles, un nouveau champ d’action pour la robotique

Michel de Mathelin a obtenu un diplôme d'ingénieur de l'Université Catholique de Louvain en 1987 avec La Plus Grande Distinction, ainsi qu'un Master of Sciences et un Ph.D. de Carnegie Mellon University à Pittsburgh, PA, en 1988 et 1983 respectivement. Il est devenu Maître de Conférences à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg I) en 1993 et Professeur des Universités à l'Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg en 1999. Il est responsable de l'équipe Automatique, Vision et Robotique qui compte 35 chercheurs dans le domaine de la robotique médicale au sein du Laboratoire des Sciences de l'Image, de l'Informatique et de la Télédétection (LSIIT UMR CNRS 7005). Il est coordinateur du réseau national Robotex de plates-formes de recherche d'excellence en robotique retenu comme Equipement d'Excellence aux Investissements d'Avenir en 2011. La chirurgie par les voies naturelles, un nouveau champ d'action pour la robotique : La chirurgie transluminale est une approche expérimentale où le chirurgien place dans la cavité abdominale un endoscope souple à partir d’un orifice naturel, comme par exemple la bouche, en passant à travers la paroi de l’estomac, dans la voie transgastrique. Les endoscopes flexibles utilisés pour effectuer les opérations ont une partie distale active orientable selon deux directions orthogonales à l'aide de deux molettes présentes sur la poignée. Cette interface de contrôle n'est pas intuitive et la navigation jusqu'à la zone d'intervention ne se fait qu'à partir du retour visuel offert par la caméra de l'endoscope. Une intervention transgastrique nécessite, en outre, la manipulation simultanée de l’endoscope et d’instruments flexibles dans ses deux canaux. La présence et la coordination de plusieurs chirurgiens, un par instrument et un pour l'endoscope, sont alors indispensables pour accomplir l'opération. Les mouvements physiologiques des organes et du patient, comme la respiration et les mouvements du corps, sont des sources de perturbations sur l'endoscope flexible. La compensation de ces perturbations nécessite une coordination entre vision et mouvement de l'endoscope très complexe. Seule une approche robotique avec télémanipulation devrait permettre le développement de cette technique en routine clinique.