Bibliographie

Ses nombreux ouvrages sont traduits en une douzaine de langues, les deux qui ont paru en traduction française venant en sus de deux livres écrits directement en français.

Les recherches de Jon Elster se groupent en trois catégories principales.

Depuis la publication de Ulysses and the Sirens (1979) et de Sour Grapes (1983), il se penche sur la théorie du choix rationnel ses fondements philosophiques et son application dans les sciences sociales.

Dans son livre le plus récent, Explaining Social Behavior (2006), il jette un regard critique sur les versions extrêmes de cette théorie, plus proches selon lui de la science fiction que de la science proprement dite. En même temps Jon Elster s'est penché sur les grands penseurs du passé. Sa thèse de doctorat a été publiée en une version anglaise entièrement remaniée comme Making sense of Marx (1985).

Dans Leibniz et la formation de l'esprit capitaliste (1975), il propose une lecture sociologique de certains travaux leibiniziens. Il a écrit de nombreux travaux sur Tocqueville, notamment deux chapitres dans son Psychologie Politique (1992), et sur les moralistes français, notamment en Alchemies of the Mind (1999).

Jon Elster a également porté son attention sur plusieurs champs empiriques et historiques. Il s'est notamment intéressé à l'importance de la demande de justice et d'équité comme motivation des acteurs sociaux, que ce soit dans les négociation salariales (The Cement of Society : 1989), dans l'allocation de biens rares (Local Justice : 1992), dans la justice rétributive (Closing the Books. Transitional justice in Historical Perspective : 2004) ou dans l'écriture des constitutions (de nombreux articles).

Ce dernier sujet notamment la comparaison des processus constituants en France et aux États-Unis à la fin du XVIIIe siècle est au centre de ses préoccupations actuelles.