José-Alain Sahel Innovation technologique Liliane Bettencourt (2015-2016)

Biographie

José-Alain Sahel a étudié à la faculté de médecine de l'université de Paris et a effectué son internat en ophtalmologie à Paris et Strasbourg. Après un fellowship et un visiting scholarship à l’Université de Harvard (Cambridge, Boston, État-Unis), il a été nommé Professeur à l’université Louis Pasteur de Strasbourg. Il est Professeur d'Ophtalmologie à la faculté de médecine de l'université Pierre et Marie Curie, titulaire de la chaire Cumberlege de Sciences biomédicales à l'Institut d'ophtalmologie-University College of London. Il dirige un service d’ophtalmologie au Centre hospitalier national d’ophtalmologie (CHNO) des Quinze-Vingts et à la Fondation ophtalmologique Rothschild à Paris. Il a fondé et dirige l’Institut de la Vision (université Pierre et Marie Curie-UPMC/Inserm/CNRS), qui fonctionne en synergie avec le CHNO des Quinze-Vingts (plus de 250 collaborateurs).

L’activité de recherche fondamentale et clinique de José-Alain Sahel est centrée sur la compréhension des mécanismes de la dégénération rétinienne, ainsi que la conception, le développement et l’évaluation de traitements innovants pour les maladies de la rétine (neuroprotection, cellules souches, thérapie génique, pharmacologie et rétine artificielle). Le groupe de José Sahel (avec Saddek Mohand-Said et Thierry Léveillard) a été le premier à faire l’hypothèse puis à démontrer qu’une protéine produite par les bâtonnets permet la survie des cônes et donc le maintien de la vision diurne et à haute résolution. Cette protéine ainsi nommée Rod-derived Cone Viability Factor (RdCVF) fait actuellement l’objet d’études translationnelles pour l’administrer comme agent thérapeutique permettant de sauver les cônes et traiter les dystrophies cônes-bâtonnets. Lorsque cônes et bâtonnets ont dégénéré, l’optogénétique permet d’envisager de restaurer partiellement la vision. Le groupe de José Sahel avec Serge Picaud, Jens Duebel, Deniz Dalkara à l’Institut de la Vision, Botond Roska au Friedrich Miescher Institute for Biomedical Research à Bâle ainsi que Ernst Bamberg (Max Plack Institute, Francfort, Allemagne) a pu démontrer que différents types cellulaires de la rétine, comme les « cônes dormants », peuvent être transformés en « photorécepteurs artificiels » par optogénétique permettant la réactivation de circuits et de voies de signalisation dans la rétine et la restauration de progrès de comportement liés à la vision.

Outre des travaux de biologie du développement, de génomique fonctionnelle, de physiologie et de thérapeutique, le laboratoire de José-Alain Sahel (avec Michel Paques, Saddek Mohand-Said et Isabelle Audo) poursuit une recherche sur les techniques non-invasives d’imagerie de la rétine en haute-résolution in vivo (tomographie à cohérence optique, OCT, et optique adaptative) afin d’identifier des patients éligibles pour des thérapies innovantes. Avec Mathias Fink (Institut Langevin) il coordonne un vaste programme de développement de méthodes d’imagerie morpho-fonctionnelle des voies visuelles à résolution cellulaire (ERC-Synergy HELMHOLTZ).

José-Alain Sahel coordonne le Centre d'investigation clinique (CIC 1423) d'ophtalmologie et le Centre national de référence pour les dystrophies rétiniennes, supervisant plus de 50 essais cliniques : implants rétiniens, thérapie génique et cellulaire. Il est coordonnateur d'un réseau de 90 centres européens d'essais cliniques. Auteur de plus de 300 articles scientifiques dans des revues internationales généralistes et de spécialité avec comité de lecture, il est co-inventeur de plus de vingt brevets. Il a co-fondé l’entreprise Fovea Pharmaceuticals (aujourd’hui la Division d'ophtalmologie de Sanofi), ainsi que StreetLab (autonomie des déficients visuels), GenSight (thérapie génique de l’œil) et Pixium (développement d'implants rétiniens).

Distinctions et prix

José-Alain Sahel a reçu :

  • le Foundation Fighting Blindness Trustee Award (avec Thierry Léveillard) en 2005 ;
  • le Prix Emilia Valori de l’Académie des sciences (2005) ;
  • le Grand Prix NRJ-Neurosciences-Institut de France (2006) ;
  • le Alcon Research Institute Award pour l'Excellence en Recherche sur la Vision (2006) ;
  • le Fondation Altran Innovation Award (2007) ;
  • le prix des bâtisseurs (Canada) ;
  • la Médaille d’or de l’université Pierre et Marie Curie (2008) ;
  • le prix de la Retina Research Foundation (2012) ;
  • la Médaille de l'Innovation du CNRS (2012) ;
  • le Prix Retina International (2014) ;
  • le Prix Inter-Optiques (2014) ;
  • le Prix Chaptal de l’Industrie (2014) ;
  • le Foundation Fighting Blindness Llura Liggett Gund Award (2015) ;
  • le Prix Alfred Monnier (2015) ;
  • le Prix Opecst-Inserm (2015).

Il est :

  • membre d’honneur de la Société allemande d’ophtalmologie ;
  • Chevalier de l’Ordre national de la Légion d'honneur ;
  • Officier de l’Ordre national du mérite ;
  • Docteur Honoris Causa de l'Université de Genève ;
  • membre de l’European Academy of Ophthalmology (2006) ;
  • membre de l'Academia Ophtalmologica Internationalis (2007) ;
  • membre de l'Académie des Sciences-Institut de France (2007) ;
  • membre de la Leopoldina : Académie allemande des sciences (2014).