Claude Schaeffer, itinéraire d'un chercheur

  • fr
Claude Schaeffer

Claude Schaeffer, professeur au Collège de France de 1954 à 1970

L'exposition « Ougarit, entre Orient et Occident » présente l'un des fonds les plus riches conservé aux archives, le fonds de C. Schaeffer, professeur au Collège de France de 1954 à 1970, titulaire de la chaire d'Archéologie de l'Asie Mineure. C. Schaeffer fut également responsable des expéditions de fouilles de la cité d'Ougarit de 1929 à 1969, ainsi que professeur à l'École du Louvre et responsable des fouilles d'Enkomi à Chypre de 1934 à 1970.

Extrait du catalogue. Page 62.

Anne Chatellier, Conservateur, Directrice des réseaux et partenariats documentaires du Collège de France, Paris
Claire Guttinger,  Archiviste, Collège de France, Paris

Rien ne prédestinait Claude Frédéric Armand Schaeffer (né le 6 mars 1898 à Strasbourg) à devenir l'un des orientalistes les plus fameux de sa génération. Son parcours exceptionnel fut le résultat d'un subtil mélange de hasards, d'opportunités, de compétences et de labeur. En effet, ce fils d'industriel strasbourgeois commença, après la Première Guerre mondiale, des études de préhistoire alsacienne à l'université de Strasbourg. Très tôt, sous l'impulsion de son maître, Robert Forrer, dont il épousa la fille cadette, Odile en 1923, il entreprit des fouilles dans la région. Il fut particulièrement sensible alors à l'étude de la stratigraphie, qui deviendra pour lui un véritable outil d'analyse culturelle.

Ses fonctions dans certains musées d'Alsace sont l'occasion de publier un grand nombre d'articles, tant de vulgarisation que spécialisés ainsi que des monographies, notamment Les tertres funéraires préhistoriques de la forêt de Haguenau. Entre la publication du premier volume en 1926 et celle du second en 1930, plusieurs évènements entraînent C. Schaeffer sur la route de l'Orient, tout particulièrement la polémique concernant l'« affaire de Glozel ». Les passions se déchaînèrent à propos de l'authenticité des découvertes archéologiques de ce site de l'Allier, parmi lesquelles du matériel néolithique semblait côtoyer des inscriptions rappelant l'alphabet phénicien. C. Schaeffer, fort de son expertise archéologique, se prononce, dans plusieurs articles entre 1927 et 1928, contre l'authenticité de la découverte, soutenant ainsi l'opinion de René Dussaud, conservateur des Antiquités orientales du Musée du Louvre, responsable très influent de la recherche française au Proche-Orient et très lié à la famille de Robert Forrer.

Lorsqu'au printemps 1928, une tombe comportant de la céramique mycénienne fut découverte par un paysan syrien, R. Dussaud proposa à C. Schaeffer d'explorer le nouveau site. L'année 1929 marque ainsi un tournant dans l'activité de C. Schaeffer qui commence l'exploration de Ras Shamra, avec des résultats qui réorientèrent rapidement ses recherches vers l'ouverture de plusieurs autres fouilles, notamment à Chypre sur le site d'Enkomi. La question des liens entre l'Europe et l'Orient apparaît clairement exprimée dans le second volume de la publication des Tertres funéraires, et dans le titre de la thèse qu'il prépare alors « Témoins de l'influence est-méditerranéenne sur l'Europe occidentale et spécialement sur l'Alsace à l'âge du bronze »… thèse qu'il ne soutiendra jamais.

La Seconde Guerre mondiale interrompt ses travaux de terrain, mais lui permet de rassembler le fruit de ses recherches dans une monumentale Stratigraphie comparée et chronologie de l'Asie occidentale (IIIe et IIe millénaires), Syrie, Palestine, Asie Mineure, Chypre, Perse et Caucase, publiée en 1948, dont l'objectif était de présenter, par l'étude de chaque site, une vue synchronique de toutes ces régions. Outres ses propres recherches, ses activités sont multiples, tant dans l'administration, avec la charge de coordonner la recherche archéologique française, que dans l'enseignement : en 1951 il devient professeur à l'École du Louvre. Le protohistorien des origines est ainsi devenu l'un des plus fameux orientalistes français.

Extrait du catalogue. Page 64.

Loraine Marcheix, Chargée de ressources documentaires, Collège de France, IPOA, Paris
Lionel Marti, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7192 PROCLAC, Paris

L'exposition que ce catalogue accompagne, dévoile les richesses du fonds C. Schaeffer, dont l'inventaire est disponible en ligne et dont une partie des pièces sera bientôt également visible sur Salamandre, la bibliothèque patrimoniale numérique du Collège de France (https://salamandre.college-de-france.fr).

Dessin femme-2

Livre des visiteurs de la 30ème campagne (1968)