Lettre n° 20

Éditorial

Pierre Corvol

Administrateur du Collège de France (2006-2012)
et titulaire de la chaire de Médecine expérimentale (1989-2012)

--

Le nouveau Comité d'Orientation Scientifique et Stratégique (COSS) du Collège de France

« Le monde actuel est à la quête de repères, de raisons de s'émerveiller, de projets mobilisateurs et ambitieux. La recherche fondamentale, avec pour seul objet de faire progresser la connaissance, cette recherche essentiellement désintéressée et qui exige une vraie collaboration au niveau mondial, constitue l'une des voies de cette quête. La science est et restera toujours un facteur d'émancipation pour l'homme et, aujourd'hui, il est important de répéter avec force cette évidence. Dans ce contexte, le Collège de France occupe une position unique en France et en Europe mais aussi dans le monde. » C'est par ces termes que débutait le rapport du Comité international d'orientation scientifique et stratégique (COSS) remis au Président de la République, au Premier Ministre et aux ministres de tutelle du Collège de France en mai 2004.

La création du COSS en 2003, à l'initiative du Collège, répondait au souhait de bénéficier d'un regard attentif et critique de la part de collègues éminents sur les grandes orientations scientifiques et stratégiques du Collège et leurs conditions d'exercice. L'évaluation des activités scientifiques des chaires ne relève pas du COSS mais des organismes de recherche et du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Le rapport du COSS en mai 2004 a été un moment fort de la vie du Collège. Élaboré à l'issue de plusieurs réunions, il analysait les spécificités, les atouts mais aussi les faiblesses du Collège. Il émettait des suggestions et des avis, proposant notamment d'accroître la visibilité internationale du Collège, de renforcer sa politique de communication, d'établir une politique prévisionnelle pour les bibliothèques. Il exprimait le souhait que soit optimisée la politique de ressources humaines et améliorée la situation financière du Collège de France.

Quatre ans plus tard, ainsi qu'il avait été prévu, la moitié des membres du COSS a été renouvelée. Le COSS est actuellement constitué de douze personnalités scientifiques étrangères. Il est présidé par le Professeur Detlev Ganten, coprésidé par le Professeur Peter Mc Cormick et son secrétaire est le Professeur Jacques Reisse. Le regard extérieur du COSS, ses avis, ses critiques, ses propositions apparaissent toujours essentielles à la vie du Collège. Car si le Collège est conscient des forces que sont sa notoriété, son universalité, son interdisciplinarité, son indépendance, il est tout aussi convaincu qu'il doit se développer et s'adapter à un monde qui évolue à grande vitesse.

Depuis plusieurs années, le Collège a pris une série d'initiatives qui répondent, pour une grande part, aux souhaits émis par le COSS en 2004 : efforts pour accroître la diffusion du savoir, ouverture sur la société et la vie économique, rapprochement avec le monde universitaire dans le cadre des Écoles doctorales, accroissement des relations avec les universités étrangères, développement de la recherche sur les sites du Collège. Aujourd'hui, un rapport d'étape est indispensable. Le Collège sera attentif à l'avis du COSS sur ces questions de manière à cibler sa stratégie en fonction des objectifs ainsi repensés et rediscutés.

La réunion du COSS en mars 2007 lui a permis de prendre contact avec les membres du bureau élargi du Collège et certains professeurs rencontrés sur les sites Cardinal Lemoine et Ulm. Une analyse préliminaire a fait état du suivi des conseils et des propositions émis par le COSS en 2004. Des précisions supplémentaires et chiffrées, sous la forme d'un document, Le Collège en chiffres, seront apportées prochainement au COSS afin qu'il puisse disposer de tous les éléments nécessaires à l'élaboration d'un pré-rapport lors de sa prochaine réunion au Collège en novembre 2007. Le rapport définitif sera présenté au Président de la République et aux autorités de tutelle puis à l'Assemblée des professeurs de mars 2008.

Le rôle du COSS est extrêmement précieux pour éclairer le Collège de France dans ses choix scientifiques et sa vue stratégique à long terme. Pour répondre à sa mission d'aujourd'hui, le Collège est amené à prendre des orientations et de nouvelles initiatives, certaines inédites dans son histoire. Elles nécessitent, pour leur donner toute l'ampleur requise et les assurer pleinement, un renforcement des moyens humains et financiers. Il est donc essentiel que les objectifs à moyen et long terme et les moyens nécessaires pour y parvenir soient soupesés et examinés avec soin par le regard éclairant du COSS.