Archéologie des erreurs collectives

Entre alternative facts et vérités hyperboliques, la confusion des temps repose aujourd’hui à nouveau frais l’angoissante question de la croyance politique. La séance est consacrée à une analyse comparée des Rois thaumaturges de Marc Bloch (1924) et du Frédéric II d’Ernst Kantorowicz (1927) dans leur manière d’articuler savoirs médiévistes et hantises politiques du contemporain. Celles-ci viennent notamment de l’expérience de la Grande Guerre, qui amène Marc Bloch à traiter « l’éclat trompeur des rois » comme l’on dénonce les « bobards » des tranchées : « aussi est-il difficile de voir dans la foi au miracle royal autre chose que le résultat d’une erreur collective ». La notion de fiction politique permet de résoudre la difficulté, et l’on suit alors Kantorowicz critique de lui-même et des enthousiasmes théologico-politiques de sa jeunesse dans Les Deux Corps du roi (1954). La conception que les juristes médiévaux se font des opérations du droit créant une persona ficta (« la fiction prend pour vrai ce qui est certainement contraire au vrai » selon Cino da Pistoia) permet de donner consistance à cette position théorique, tout en s’interrogeant sur la révolution normative du christianisme qui s’exprime par le récit plutôt que par le commandement.