Elisabeth Schmit

Elisabeth Schmit

Biographie

Elisabeth Schmit, agrégée d’histoire et médiéviste, est ATER au Collège de France et attachée à la chaire du Professeur Patrick Boucheron depuis septembre 2019. Elle a consacré son master recherche (2012) puis sa thèse de doctorat – soutenue en novembre 2019 – à la transformation des institutions judiciaires dans le royaume de France au lendemain de la guerre de Cent Ans.

Ses travaux, dirigés par Olivier Mattéoni (université Paris 1 / Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris), portent plus spécifiquement sur les grands jours du parlement de Paris au milieu du XVsiècle. Ces sessions temporaires et délocalisées de la cour souveraine doivent juger sur place et en appel une série de procès pour un ressort déterminé. Entre 1454 et 1459, plusieurs sessions sont ainsi tenues simultanément dans le royaume de France. Après plusieurs décennies de guerres et de divisions, les grands jours apparaissent comme un instrument politique et symbolique au service d’un gouvernement royal qui cherche à réaffirmer son pouvoir sur l’ensemble du territoire. Leur tenue permet une intensification de la politique judiciaire de la royauté, et rend possible la reprise d’une relation judiciaire, qui plus est de proximité, entre un roi-justicier et ses sujets-justiciables. La mise en scène et l’exercice de cette justice à la fois souveraine et ubiquiste, à l’aube de la création des parlements de province, s’insèrent dans le déploiement d’une politique, d’un discours et d’une activité législative destinés à pérenniser la paix. Les recherches menées au cours de la thèse ont permis l’exploration de ce contexte d’après-guerre, mais ont aussi consisté à explorer le fonctionnement technique et pratique de la justice royale d’appel par l’analyse et l’édition partielle des registres judiciaires qui rendent compte de l’activité des grands jours.

Parallèlement à ses recherches, elle a enseigné comme doctorante contractuelle puis comme ATER à l’université Paris 1 et à l’université de Franche-Comté.

Comme ATER au Collège de France, elle est notamment en charge de l’ensemble du travail d’éditorialisation de la revue numérique Entre-Temps, créée par Adrien Genoudet et Patrick Boucheron et inaugurée en octobre 2018 : www.entre-temps.net

Bibliographie

« administrer justice a ses subgietz es pays ou ilz habitent et demeurent… Le ressort annoncé des Grands Jours du parlement de Paris en 1454 : action publique et communication politique. », Hypothèses, 2016/1 (19), p. 109-120.

« L’action publique, un thème pour l’historien ? » avec A. Motis, E. Pointeau-Lagadec, C. Rager et M. Vallet, Hypothèses, 2016/1 (19), p. 97-108.

« Imitatio regis ? Pour une diplomatique des actes de Jean de Berry », avec M. Barry, C. Lescuyer, C. Rager et M.-E. Sterlin, dans O. Mattéoni et O. Guyotjeannin (éds.), Jean de Berry et l’écrit. Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France, Éditions de la Sorbonne, Paris, 2019.

« Grands Jours du prince, grands jours du roi, grands jours du Parlement : parcours d'un modèle institutionnel (XIIIe-XVsiècle) », dans I. Brancourt (éd.), Au cœur de l’État : Parlement(s) et cours souveraines sous l’Ancien Régime, Classiques Garnier, Paris, 2019.

« Des appels comme d’abus avant la lettre ? Recherches dans les registres du parlement de Paris et des grands jours au milieu du XVsiècle », dans C. Galland et A. Bonzon (éd.), Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’abus (XIVe-XVIIIsiècles), à paraître aux Presses universitaires de Rennes.

« La Pragmatique Sanction en Guyenne au lendemain de la victoire française : discours et usages devant les grands jours du parlement de Paris à Bordeaux (1456-1459) » – Journée d’études sur « La Pragmatique Sanction de Bourges dans tous ses états. Pouvoir, droit et ecclésiologie dans l’Europe du XVsiècle », (LAMOP, CRULH, LSH), à paraître aux Éditions de la Sorbonne.