Une histoire pragmatique du consentement est-elle possible ?