Ce que les maladies infectieuses émergentes nous disent sur les évolutions des sociétés et de la médecine

Le demi-siècle écoulé a donné lieu à la survenue sans précédent de maladies infectieuses nouvelles, émergentes ou réémergentes, largement facilitée par des facteurs anthropologiques (anthropocène) comportant, entre autres, des changements écologiques souvent secondaires à des facteurs économiques et alimentaires (développement de l’agriculture et de l’élevage intensifs). Ces changements accroissent les interfaces avec le monde animal (zoonoses, « one world-one health »). Ces émergences qui comportent souvent un événement fondateur de saut d’espèce sont amplifiées jusqu’à l’échelle de pandémies par l’augmentation soutenue de la population humaine sur la planète, la pauvreté, l’insuffisance des systèmes de santé, l’urbanisation non maîtrisée, la globalisation des échanges et les voyages de masse. Une autre facette préoccupante de l’émergence infectieuse est l’extension planétaire de la résistance des bactéries aux antibiotiques. L’émergence de maladies infectieuses n’est pas spécifique des régions à bas revenus. Dans les pays industrialisés, l’architecture complexe des habitats et des hôpitaux, la chaîne alimentaire industrielle, les voyages en région d’endémie et les changements écologiques et climatiques entraînent la progression des populations vectorielles (moustiques, tiques).