L'homme et les microbes : une symbiose (presque) parfaite

Homéostasie de l'interface hôte-commensaux : furtivité et/ou tolérogénèse active ?