Le coût de la vie

Contrairement au cas de l’Europe à la même époque, la plupart des relevés de prix sous les Ming ont disparu. Les meilleurs ensembles de prix dont on dispose ont été préservés par deux magistrats au xvie siècle, Hai Rui à Chun’an (Zhejiang) et Shen Bang à Pékin. Notre second exposé, « Le coût de la vie », s’est appuyé sur leurs listes pour essayer de déterminer ce qu’il en coûtait à une famille modeste comptant cinq personnes pour survivre pendant une année. Le résultat équivaut à 19 onces d’argent (environ 700 grammes), encore que la marge d’erreur soit telle qu’il ne peut s’agir là que d’une approximation de départ. Si l’on considère les prix pendant le dernier siècle de la dynastie, on pouvait y arriver, mais pas sans difficultés. Une brève comparaison avec les prix mentionnés dans le duché d’Este, au sud-ouest de Padoue, pendant la même période, a permis de formuler quatre hypothèses : que le coût du travail était plus bas dans la Chine des Ming qu’en Europe, que celui des artisans travaillant dans la haute qualité y était encore plus bas, mais qu’à l’inverse, le prix des denrées alimentaires était relativement moindre en Europe qu’en Chine, et celui du combustible de très loin inférieur.