La production du savoir (suite). Carrières, disciplines et organisations

Le cours a porté, pour la seconde année, sur la production du savoir. Après avoir analysé les caractéristiques de l’organisation de l’enseignement supérieur dans le monde anglo-américain en 2015, nous examinons, dans le cours de 2016, comment le modèle français s’est construit et développé sur le double dualisme qui distingue les universités des grandes écoles et des filières sélectives courtes, d’une part, et les universités des établissements de recherche, d’autre part. La particularité du système français réside dans le foisonnement des relations horizontales entre ces composantes, que les réformes récentes éprouvent de considérables difficultés à réduire. Le cours examine successivement l’expansion de l’enseignement supérieur français, et la variété des associations et des dissociations entre les tâches de recherche et les tâches d’enseignement, qui résulte du double dualisme institutionnel. L’expansion de l’enseignement supérieur recueille les transformations de l’enseignement secondaire. Dans celui-ci, l’augmentation des effectifs scolarisés parvenant au baccalauréat est obtenue par diversification et hiérarchisation des filières. Les taux de réussite et d’échec dans l’enseignement supérieur universitaire (non sélectif) portent l’empreinte des épreuves successives d’un processus de sélection et de segmentation. Si les effectifs étudiants ont augmenté, la part des étudiants formés dans les universités a régulièrement diminué, au profit des formations sélectives para-universitaires ou extra-universitaires. L’étude des carrières académiques conduit à distinguer la spécialisation dans les fonctions d’enseignement seul (enseignement en classes préparatoires et dans les filières sélectives courtes), la spécialisation dans les activités de recherche (emploi dans les établissements publics de recherche) et l’association entre les deux tâches dans les carrières universitaires stricto sensu. La situation professionnelle créée par le multi-tasking statutaire est comparée avec la spécialisation exclusive dans les rôles respectifs d’enseignement et de recherche. Le cours s’achève sur une étude de cas.