1977-1978

  • fr

Cours : « Le Neutre »

Il est naturel que la sémiologie littéraire se laisse guider dans ses recherches par des catégories mises au point par la linguistique. Du Neutre, genre grammatical, on a donc induit une catégorie beaucoup plus générale, à laquelle on a gardé le même nom, mais que l'on a tenté d'observer et de décrire, non plus dans les faits de langue, mais dans les faits de discours, étant entendu que ce mot s'applique à tout syntagme articulé par le sens : textes littéraires, philosophiques, mystiques, mais aussi gestes, comportements et conduites codés par la société, motions intérieures du sujet. Sur ce dernier point, on a rappelé que toute recherche, s'agissant du moins des problèmes de la discursivité, doit assumer son originalité fantasmatique : on étudie ce que l'on désire ou ce que l'on craint ; selon cette perspective, l'intitulé authentique du cours aurait pu être : le désir de Neutre.

L'argument du cours a été le suivant : on a défini comme relevant du Neutre toute inflexion qui esquive ou déjoue la structure paradigmatique, oppositionnelle, du sens, et vise par conséquent à la suspension des données conflictuelles du discours. Le relevé de ces inflexions s'est fait à travers un corpus qui ne pouvait être exhaustif ; cependant, les textes des philosophies orientales et mystiques se sont trouvés naturellement privilégiés. Ces inflexions (ou ces repères) du Neutre ont été groupées en une vingtaine de figures, chacune subsumée sous un nom. Ces figures ont été traitées dans un ordre aléatoire (de façon à ne pas imposer un sens final au cours), mais, pour la clarté du résumé, on peut les rassembler en deux grands groupes : les unes renvoient aux modes conflictuels du discours (l'Affirmation, l'Adjectif, la Colère, l'Arrogance, etc.), les autres aux états et aux conduites qui suspendent le conflit (la Bienveillance, la Fatigue, le Silence, la Délicatesse, le Sommeil, l'Oscillation, la Retraite, etc.). À travers des touches successives, des références diverses (du Tao à Boehme et à Blanchot) et des digressions libres, on a essayé de faire entendre que le Neutre ne correspondait pas forcément à l'image plate, foncièrement dépréciée qu'en a la Doxa, mais pouvait constituer une valeur forte, active.

Le professeur a parfois interrompu la suite des figures pour commenter, sous forme de « suppléments », certaines observations qui lui étaient présentées par écrit. L'auditoire a été ainsi amené à participer activement au travail du cours, au gré d'un dialogue certes indirect, mais ouvert à l'actualité des réactions.

R.B.

 

Séminaire de recherche sur la Théorie de la Lecture, donné aux Facultés des Lettres de Fez et de Rabat (Maroc), février 1978.