Roger Guesnerie, chaire Théorie économique et organisation sociale
Publié le 13 novembre 2006

Le 21 novembre 2006 de 9 h 30 à 17 h 15

  • Collège de France
    3, rue d'Ulm
    11, place Marcelin-Berthelot
    75005 Paris

La mise en place de politiques climatiques à vocation mondiale fait émerger des prix pour la réduction des émissions du principal gaz à effet de serre, le gaz carbonique. Ces prix peuvent être explicites – comme ceux qui apparaissent sur les marchés de permis d’émissions – ou encore bien souvent implicites – au sens où on peut les déduire des choix effectués. Ils ont aujourd’hui très hétérogènes, entre pays certes mais aussi entre secteurs au sein d’un même pays.
Faut-il aujourd’hui recommander l’affichage d’une valeur carbone uniforme, ou de valeurs différenciées, pour guider les choix et en particulier les choix publics en France ?

Cette question fait écho aux travaux de réflexion engagés par la Commission Energie mise en place par les pouvoirs publics en juin dernier. Son programme est le suivant :

Programme

9 h 30 : Mise en perspective – R. Guesnerie

10 h – 10 h 30 : Du rapport Boiteux aux questionnements actuels de la Commission Syrota – L. Baumstark et Ph. Mills (Centre d’Analyse Stratégique, ex Plan)

10 h 45 – 12 h 30 : Interventions

  • Coûts de réduction et signaux à long terme – P. Criqui, (IEPE Grenoble)
  • Fiscalité ou permis : le cas des transports – C. Raux, (LET Lyon)

14 h – 15 h 30 : Interventions

  • Réflexions à propos de la synthèse GIEC – J.C Hourcade, (CIRED)
  • Sur les signaux prix envoyés par les marchés – C. de Perthuis (Caisse des Dépôts), F. Lecoq ((ENGREF-INRA).

15 h 45 – 17 h 15 : Interventions

  • A. Bernard (CGPC), C. Cros (MEDD) et E. Quinet (CGPC), J.Maurice (CGPC)
  • Discussion générale

17 h 15 : Conclusions provisoires : R. Guesnerie.