13 Mar 2017
17:00 - 19:00
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

La première heure a été consacrée au programme de la « destruction » selon l’Einführung : désobstruer le Da-sein « recouvert par sa propre histoire », l’ébranler ontologiquement en ramenant à leur sens originaire les catégories fondamentales de « conscience », « personne » et « sujet ». Libérer le Dasein, c’est libérer le passé. La « destruction » est toujours double : elle « ouvre accès au passé » en « ouvrant accès au Dasein » et elle « ouvre accès au Dasein » en « ouvrant accès au passé ». La double « destruction » de Descartes et de Husserl est l’objectif central de l’Einführung. La cible principale de Heidegger est le « souci » cartésien « de certitude » interprété comme « souci de rassurement » (Beruhigung), l’interprétation du verum en tant que certum « développée par Descartes » qui « maintient en l'état l'ontologie scolastique ». Après avoir évoqué la « destruction critique historique » de la logique menée dans les cours de 1925/26 (Logik. Die Frage nach der Wahrheit, Marbourg) à 1928 (Metaphysische Anfangsgründe der Logik, Fribourg), présenté la critique de la Problemgeschichte, esquissé une comparaison entre Wiederholung (répétition) heideggérienne et Re-enactment (ré-activation) collingwoodien, évoqué, enfin, le premier cours fribourgeois (hiver 1928/29) : l’Einleitung in die Philosophie, travaillé par Foucault au début des années 1950, via Jean Wahl, sous le titre de « cours inédit », on a entamé l’étude du « tournant fribourgeois », le passage de la déconstruction à « l’histoire de l’Être ». Le « retour à l’origine » cède la place aux concepts de « changement », « mutation », « métamorphose » : Wandel, Wandlung et Verwandlung. Un examen rétrospectif de ce « virage » est donné dans le Protocole du séminaire de Todtnauberg tenu en septembre 1962. Deux régimes de donation doivent être distingués pour penser l’histoire de l’Être/Estre : le premier, modelé sur l’autorévélation de l’Absolu hégélien dans l’histoire, « désigne l’histoire des donations dans lesquelles l’Être se montre époqualement » ; le second désigne « l’histoire des donations dans lesquelles l’Avènement (Ereignis) se tient en retrait ». La métamorphose de l’Être dans l’Ereignis renvoie à la notion de « l’Autre commencement », thème structurant de la pensée du second Heidegger, central dans les Beiträge zur Philosophie (1936-1938), le second « grand livre » de Heidegger volontairement non publié à l’époque. Pour le suivre dans l’enseignement, on s’est tourné vers le cours de 1937/38 : Grundfragen der Philosophie. Ausgewählte « Probleme » der « Logik » (1937/38), dans lequel Heidegger formule le distinction entre das Historische (l’historiographique) et das Geschichtliche (l’historique ou historial) et articule la différence entre le « Premier commencement », à la fois passé et présent, le « Commencement grec », qui se rapporte à la vérité de l’étant, et l’« Autre commencement », à venir, où est censé se décider « le destin spirituel de l'Occident», qui se rapporte à la « vérité de l’être », omise dans le « Premier commencement ». L’heure s’est conclue par des remarques sur la signification du « Nous » (Wir) chez Heidegger dans les années 1930, puis par un retour à la problématique générale du cours de 2017 destiné à souligner que s’il n’y a pas d’histoire de l’Être chez Foucault, il y a une histoire de la vérité chez Heidegger, ce que l’on a confirmé par une analyse statistique lexicographique des occurrences des expressions « Geschichte der Wahrheit », « Geschichte des Seins » et « Geschichte des Seyns » dans la Gesamtausgabe.