25 Mar 2015
14:30 - 16:00
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

On a procédé, dans le sixième cours, à l’évaluation de ces « gouttes de grammaire » et des « nuages de philosophie » qu’elles condensent, en notant, au passage, que Stanley et Williamson sont les premiers à critiquer leurs arguments linguistiques en faveur de l’intellectualisme. On a distingué ici plusieurs types d’objections, d’ordre linguistique et métaphysique : Stanley et Williamson revendiquent une certaine syntaxe et une certaine sémantique pour expliquer leurs analyses des attributions de savoir faire, mais ne peut-on en invoquer d’autres ? Peut-on si aisément réduire toutes les questions enchâssées à des « questions-wh [1] » ? N’y a-t-il pas d’autres sémantiques possibles du savoir faire ? Celui-ci est-il nécessairement réductible à un savoir propositionnel ? N’y a-t-il pas lieu de tenir compte des deux significations lexicales que comporte, certes, dans la langue anglaise, le seul verbe « know », mais que traduisent en allemand « kennen » et « wissen », et en français, « savoir » et « connaître » ? Le savoir propositionnel est confronté au problème bien connu de l’opacité référentielle, mais les attributions de savoir faire ne sont-elles pas plutôt « transparentes » ? Nous sommes prêts, dans certains cas, à attribuer une forme de connaissance pratique ou de savoir faire aux animaux (Médor sait (comment) rattraper la balle), mais avons plus de mal à les juger assez sophistiqués conceptuellement pour posséder des connaissances « propositionnelles [2] ». Ce qui n’est pas dire que l’on ne pourrait argumenter – c’est ce que soutiennent Stanley et Williamson – en faveur de la thèse selon laquelle attribuer un savoir faire F va de pair avec la possibilité d’attribuer de fausses croyances sur la manière de faire F, lesquelles sont à l’évidence propositionnelles.

Références

[1] Jeremy Prantl, « Knowing how and knowing that », Philosophy Compass, 3/3, 2008, p. 451-470.

[2] Stanley & Williamson, art. cit., p. 439.

[3] Ian Rumfit, « Savoir faire »,Journal of Philosophy, vol. 100, no 3, 2003, p. 158-166.

Cycle associé