01 avr 2015
14:30 - 16:00
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

Nous avons, dans le septième cours, précisé les problèmes auxquels est confronté l’intellectualisme, sous la version proposée par Stanley et Williamson, mais en commençant par un tableau des trois grandes attitudes généralement adoptées sur la nature de la connaissance pratique et en rappelant les problèmes rencontrés, à ce stade, par chacune d’elles. (1) La connaissance pratique se réduit à, ou est, une espèce de la connaissance théorique, ou tout au moins savoir faire quelque chose suppose de maîtriser au préalable quelques bribes de savoir théorique ou propositionnel. (2) Le savoir théorique ou propositionnel se réduit à, ou est, une espèce de savoir faire ; ou du moins le savoir propositionnel exige de façon importante des bribes de savoir faire préalables. (3) Savoir faire et savoir théorique sont deux états indépendants, aucun des deux n’est une espèce de l’autre ni ne s’y réduit. La première attitude est intellectualiste en ce qu’elle accorde la priorité à l’état intellectuel de connaissance propositionnelle. La deuxième et la troisième attitude nient cet ordre de priorité et se présentent plutôt comme anti-intellectualistes. Mais il y a des degrés : la deuxième, que certains philosophes soutiennent aujourd’hui [1] est profondément anti-intellectualiste, puisqu’elle fait dépendre le savoir théorique du savoir pratique. La troisième l’est plus faiblement puisqu’elle permet une certaine autonomie à la connaissance théorique (Ryle, nous l’avons vu, est plutôt à ranger de ce côté).

Références

[1] Stephen Hetherington, How To Know: A Practicalist Conception of Knowledge, Malden (Mass.), Blackwell, 2011.

[2] Stanley & Williamson, art. cit. p. 425 : « S knows how to ϕ just in case there is a way, w, such that S knows that w is a way to ϕ ».

[3] Jeremy Fantl, art. cit., p. 460-461.

[4] Jennifer Hornsby, « Ryle's knowing how and knowing how to act », in J. Bengson & M.A. Moffett, 2011, p. 80-98.

[5] Tous ces exemples sont empruntés à J. Hornsby, op. cit., p. 90-92.

[6] Ryle, 1949, op.cit., p. 44.

[7] Question dont la redoutable complexité ne peut être traitée d’assez près dans le cadre nécessairement limité du cours de cette année.

Cycle associé