17 déc 2018
11:00 - 12:00
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

Résumé

On ne sait que peu de choses des événements des dix dernières années de Samsu-iluna, dont le règne s'acheva au bout de 38 ans ; leur étude a été entreprise en suivant un ordre mi-chronologique, mi-géographique.

Après le nom de l'année 28, qui commémorait la campagne contre le pays d'Apum, les trois années suivantes ne reçurent pas de nom : elles coïncident avec la lutte contre Ilima-ilum, le roi du Pays de la Mer, qui réussit à arracher Isin et Nippur à Samsu-iluna à la fin de l'année 29. Le comput habituel reprit avec le nom de l'année 32, commémorant des travaux sur le cours des rivières Turan et Ṭaban, l'actuelle Diyala étant alors divisée en deux branches ; Samsu-iluna contrôlait donc toujours cette zone. Il sécurisa cette domination en détruisant les murailles de deux villes situées en amont de la Diyala, Awal et Arkum (nom de l'an 35) ; le nom de l'an 37, qui mentionne également le mont Ebih (soit le Djebel Hamrin), montre encore des activités dans la même région. Entre-temps, le nom de l'an 33 concernait le Moyen-Euphrate : « Année où le roi Samsu-iluna, sur l'ordre de Šamaš et de Marduk, restaura (?) la totalité des briques de la ville de Saggaratum ». Saggaratum, qui se trouvait non loin du confluent du Habur avec l'Euphrate, faisait partie du « royaume de Hana » : nous n'avons pour l'instant aucune trace positive du contrôle de Terqa et de la région par Samsu-iluna après sa victoire sur Yadih-abum en l'an 27, mais un des textes trouvés à Terqa datés de Zimri-Lim, fils de Yadih-abum, mentionne Marduk parmi les divinités du serment. Le nom de l'année 36 était : « Année où le roi Samsu-iluna a renversé les troupes du pays d'Amurrum ainsi que les villages du pays de la montagne. » S'agit-il, après les travaux à Saggaratum, d'une victoire sur des troupes plus ou moins nomades centrées autour du Djebel Bishri ? Là encore, la question ne peut être réglée, faute d'autres sources. Enfin, l'année 38 reçut comme nom : « Année où le roi Samsu-iluna a rénové Ubanuil, la masse d'arme puissante de Ninurta, le grand héros. » Ubanuil était le nom d'une des armes du dieu Ninurta. En principe, ces symboles divins étaient déposés à Nippur, non dans le temple de Ninurta, où seules deux de ces armes sont attestées, mais dans l'Ekur, temple du dieu Enlil, le père de Ninurta dans la mythologie sumérienne ; il est regrettable que le nom de la ville ne soit pas indiqué. On reviendra l'an prochain sur les vicissitudes de Nippur à la fin de l'époque paléo-babylonienne, désormais connues avec beaucoup de détails grâces aux documents provenant de Dur-Abi-ešuh.