Colligere

Colligere a pour vocation de présenter les activités des bibliothèques et archives du Collège de France ainsi que les recherches suscitées par leurs collections.

Nous souhaitons, grâce à ce carnet, mieux faire connaître les collections et les services offerts par les bibliothèques et archives du Collège de France, donner des informations sur les recherches menées sur certains des fonds, susciter de nouveaux travaux de recherche et faire connaître les métiers qui sont à l’œuvre.

Derniers billets publiés sur Colligere

Un voyage en Asie

Un voyage en Asie mineure par le biais des cartes modernes et contemporaines 

La bibliothèque d’études arabes, turques et islamiques, qui deviendra bibliothèque d’études ottomanes à la réouverture du site Cardinal-Lemoine en juin 2020, a récemment acquis un ouvrage d’une ampleur exceptionnelle qu’on doit à la passion d’un homme, Erhan Öner, collectionneur de cartes de l’Empire ottoman et de la République de Turquie.

Collège de France

“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (5e épisode)

Évolution architecturale du Collège de 1870 à 1970

À la fin du XIXe siècle, les professeurs se plaignent du manque de place, notamment pour les laboratoires, en dépit de la nouvelle aile créée par l’architecte Paul Letarouilly entre 1832 et 1841. L’augmentation du nombre de chaires scientifiques nécessitant des installations adéquates, impose une recherche de surface quasiment insurmontable : le Collège de France est alors engoncé dans le bâti, puisque des maisons d’habitation le jouxtent au nord et à l’est. Il s’agit donc d’acquérir progressivement des terrains alentour, afin d’accroître la surface au sol.

Collège de France (4e épisode)

“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (4e épisode)

Le Collège de France au XIXe siècle

Après les constructions de Chalgrin, le bâtiment reste inchangé jusqu’à l’arrivée au pouvoir du roi Louis-Philippe. En 1830, la rue des Écoles n’existe pas, le Collège de France est enclavé entre le prieuré Saint-Jean de Latran, des dizaines de maisons particulières, le collège du Plessis (l’actuel lycée Louis-le-Grand) et les ruelles du cimetière Saint-Benoit et Fromentelle.