Ombres claires : entre pop et occultisme