Sur l'existence de points critiques de l'aire et du volume