Images et signaux cardiaques : état de l'art et futur

Les maladies cardiovasculaires restent la première cause de mortalité dans le monde. La moitié de cette mortalité est due à de l'insuffisance cardiaque et l'autre moitié à des morts subites. Le cœur est un organe électrique dont la dépolarisation précède la contraction. L'insuffisance cardiaque et la mort subite sont, dans une majorité de cas, associées ou dues à un dysfonctionnement électrique du cœur.

Les progrès de l'imagerie et de la cardiologie ont été considérables au cours des dernières années, sans toutefois que la synergie soit parfaite entre les 2 disciplines. Les systèmes de navigation des procédures interventionnelles électrophysiologiques en sont l'exemple parfait. Pourtant, les implications diagnostiques, pronostiques et thérapeutiques de l'imagerie cardiaque et de l'électrophysiologie moderne sont absolument considérables, surtout si la synergie que nous appelons de nos vœux se réalise. La superposition d'objets mathématiques paramétriques en 3D apportant l'anatomie réelle du patient, son substrat fonctionnel, ses caractéristiques électrophysiologiques qui maintenant peuvent être obtenues de manière non-invasive avec une grande précision, sont en effet cruciales. Leur confrontation avec les cartographies électriques de contact nous permet déjà de beaucoup mieux comprendre ces pathologies. La mise en œuvre de ces stratégies doit également permettre le développement de la simulation personnalisée et donc une évaluation individualisée du risque et l'évaluation de la meilleure stratégie thérapeutique puis à un horizon un peu plus lointain mais très excitant : le développement de procédures curatives entièrement non-invasives.