Fictions politiques (2) : nouvelles de la tyrannie

Tout pouvoir est pouvoir de mise en récit. Cela ne signifie pas seulement qu’il se donne à voir et à comprendre par des fables ou des intrigues ; cela veut dire plus profondément qu’il ne devient pleinement efficient qu’à partir du moment où il réoriente les récits de vie de ceux qu’il domine. On doit sans louvoyer envisager cette puissance narrative de l’exercice du pouvoir, qui noue art de gouverner et art de raconter, si l’on veut comprendre les formes historiques du consentement au pouvoir autoritaire. Pour le dire vite : ce qu’il y a d’attirant dans la tyrannie, c’est sa puissance fictionnelle. Non seulement sa capacité à parler et à faire parler, mais à susciter une énergie narrative. Et le travail de l’historien consiste à chercher le moyen d’y contrevenir.

Le cours de cette année poursuit la réflexion sur les fictions politiques engagées l’année précédente. Il s’agit toujours de les envisager comme des formes narratives de la théorie politique, susceptibles de produire des effets de vérité sur le présent et d’en partager l’expérience à partir d’un passé historique. Mais il s’agit désormais de le faire à partir d’un corpus strictement limité : celui de la novellistica italienne qui, dans l’effet de souffle de la révolution narrative du Décameron de Boccace, constitue un genre littéraire propre aux sociétés urbaines de l’Italie communale et post-communale, en Toscane notamment. Du XIVe au XVIe siècle, se développe donc une production textuelle singulière porteuse d’un savoir social particulièrement corrosif dont on tentera d’analyser la sociologie implicite.

De Franco Sacchetti a Matteo Bandello, en passant par Giovanni Sercambi, le pseudo-Gentile Sermini et tant d’autres, souvent anonymes, cette littérature des novelle permet de saisir, notamment à l’épreuve de la beffa, c’est-à-dire du pouvoir subversif de la dérision, les mécanismes d’une société politique en crise. On tentera d’en dresser le portrait historique, en prenant la mesure des rapports entre expérience seigneuriale et tradition communale. Pour cela, on s’intéressera en particulier au destin fictionnel de Bernabò Visconti, seigneur de Milan de 1354 à 1385, qui devient, de son vivant même, un personnage de novelle, incarnant un personnage inquiétant et grotesque qui se maintient comme tel un siècle durant, au fur et à mesure du développement du genre. Il devient alors ce tyran attirant qui, par son rôle de beffatore ne cesse de créer des surprises et de susciter le rire. Ce rire est-il libérateur où installe-t-il dans l’horizon narratif familier de la nouvelle une certaine acclimatation au pouvoir tyrannique ?