RMN en phase solide et cristallographie : une frontière commune