Les organisations internationales : des institutions « publiques » ?