Lettre n° 42-43

La lettre est vendue en format papier à l'accueil du Collège de France au prix de 4 €.

Éditorial

Alain Prochiantz

Administrateur du Collège de France depuis 2015,
et titulaire de la chaire Processus morphogénétiques depuis 2007.

--

Chronique de la vie de notre institution, La Lettre permet au Collège de France de rassembler les événements les plus marquants de sa vie récente et de maintenir un lien avec ses amis et son public. Elle met en valeur l’arrivée de nos nouveaux collègues, le renouvellement et la diversité des disciplines représentées et la richesse de nos publications, sous tous leurs formats. Elle rend aussi hommage aux professeurs disparus dont l’œuvre appartient désormais à l’histoire du Collège et, par-delà, à celle de la vie intellectuelle.

Cette période 2016-2017 aura été marquée par des événements en lien avec des questions qui agitent la sphère sociale. C’est pourquoi La Lettre accorde une place importante au colloque de rentrée 2016 « Migrations, réfugiés, exil » qui fut, pour la première fois, précédé d’une table ronde à l’intonation plus politique et accompagné d’une exposition en partenariat avec le musée national de l’Histoire de l’immigration. Les discussions de la table ronde et les interventions du colloque, toujours d’actualité, sont disponibles sur notre site internet.

S’ensuivit la création du programme d’accueil des scientifiques en exil (PAUSE) à l’initiative de Thierry Mandon et des pouvoirs publics, et porté par le Collège de France. Ce programme a permis de mettre à l’abri, avec leurs familles, environ cent vingt chercheurs et enseignants, venus de régions où la situation géopolitique ou la répression rendent impossibles leurs activités professionnelles, voire mettent leur liberté ou leur vie en péril.

Une nouvelle qui sera sans doute bien accueillie : notre site internet va évoluer prochainement pour offrir, sous des formes renouvelées, un accès à l’enseignement dispensé sur les sites du Collège de France. Car notre institution a le devoir d’enseigner librement à tous, sans conditions d’inscription ni de diplôme mais aussi sans concession sur le niveau des enseignements et la qualité des diffusions.

Ces enseignements s’ancrent dans l’excellence des recherches menées par les équipes des professeurs et les équipes accueillies dirigées par des chercheurs de haut niveau. Ils s’enrichissent à travers les invitations de savants étrangers, l’organisation de colloques disciplinaires et interdisciplinaires internationaux.

Fier de ses presque cinq cents ans d’existence, le Collège de France est une institution imaginative. C’est ainsi que s’est poursuivi le programme des Grandes Conférences organisées par la Fondation Hugot. À la suite du plasticien Anish Kapoor, nous avons eu l’honneur d’accueillir deux grands créateurs : Frank Gehry et Enrique Vila-Matas. Ce n’était qu’un début puisque – la prochaine lettre en fera état – de grands artistes et intellectuels ont accepté notre invitation. Mais tout ne saurait être encore dévoilé.

Généreuse dans son ouverture à tous les publics, notre institution s’honore de son engagement sociétal et international ainsi que de sa défense de la liberté de chercher et de créer. Nous sommes, en effet, le Collège d’une France ouverte sur le monde et hospitalière et c’est à travers ce prisme que vous êtes invités à lire cette nouvelle Lettre.