Lettre n° 21

Éditorial

Pierre Corvol

Administrateur du Collège de France (2006-2012)
et titulaire de la chaire de Médecine expérimentale (1989-2012)

--

Une année d'Administrateur au Collège de France

Vouloir faire le point après une année d'exercice de la charge d'Administrateur du Collège de France peut sembler prématuré, illusoire et, à tout dire, bien prétentieux. Qu'est-ce qu'une année au regard de l'histoire du Collège qui s'inscrit depuis 1530 ? Une action ne peut-elle - ne doit-elle - pas être jugée sur la durée et non sur une période aussi courte ? Un bilan d'une année n'est-il pas aussi et surtout la résultante d'actions entreprises bien antérieurement ? Prenons pourtant cet exercice comme il se doit, sans complaisance, et confrontons les objectifs que nous nous étions donnés en 2006 (cf. la Lettre du Collège de France, 18, décembre 2006) à ce que le Collège a entrepris et réalisé durant cette année.

L'un de nos objectifs prioritaires était d'accroître la diffusion des cours et des enseignements du Collège en utilisant les moyens modernes de communication, avec l'ambition de faire rayonner le Collège « hors les murs », tout en respectant les principes de liberté et de gratuité d'accès de nos enseignements. Le téléchargement des cours à partir du site web du Collège a dépassé toutes nos prévisions : une quinzaine de cours de professeurs ont été mis en ligne sur le site web du Collège et ont été téléchargés un million de fois en quelque six à huit mois, montrant l'intérêt soutenu d'un public bien plus large que celui qui fréquente les salles du Collège. C'est un témoignage fort, et à vrai dire inattendu dans cette proportion, de l'intérêt de nos concitoyens pour la connaissance et la recherche. C'est aussi un encouragement à accentuer notre effort de « ballado-diffusion » du savoir, comme le disent les québécois, par l'accroissement du nombre de cours téléchargés et la mise en place d'un enregistrement vidéo téléchargeable des cours pour ceux qui le nécessitent.

Accroître l'ouverture du Collège de France à la société, au monde universitaire, et à l'international était une autre ambition. En 2005, le Collège de France créait pour la première fois une chaire annuelle dans un grand champ thématique, en l'occurrence la Création artistique. Son titulaire, renouvelé chaque année, couvre l'un des aspects de la pensée et de l'expression de l'art : l'architecture, la composition musicale et cette année la création théâtrale. Une chaire annuelle d'Innovation technologique - Liliane Bettencourt a été créée sur le même principe pour traiter de l'application des sciences dans la société. Elle a été inaugurée par le Dr Jean-Paul Clozel sur le thème des bio-technologies. En 2008, pour la première fois au Collège de France, la science informatique sera enseignée par le nouveau titulaire de cette chaire, M. Gérard Berry, dont le cours portera sur Pourquoi et comment le monde devient numérique. Une troisième chaire thématisée annuelle Savoirs contre pauvreté est en voie de création sur une période de quatre à cinq ans. L'idée qui sous-tend cette initiative est que cet immense domaine repose sur des savoirs structurés et qu'une science de l'action de terrain pour lutter contre la pauvreté reste à construire, impliquant la communication et la confrontation des savoirs dans des domaines très divers.

Le Collège de France souhaitait, à titre exploratoire, permettre à des doctorants de suivre des cours des professeurs du Collège de France dans le cadre de leur cursus universitaire. Une convention simple, établie avec plusieurs écoles doctorales, a permis à une vingtaine de doctorants de suivre dans ces conditions les cours de la chaire d'Innovation technologique - Liliane Bettencourt, et ceux de chaires scientifiques et philosophiques. Ce rapprochement entre le Collège de France et les universités se fait au bénéfice de tous, et au premier chef des étudiants. Il devrait s'amplifier au cours des prochaines années.

Ouverture sur la société aussi, en rapprochant, pour la deuxième année, les professeurs du Collège de France de la commune d'Aubervilliers. Après un premier cycle de conférences menées conjointement entre le Collège et la mairie d'Aubervilliers sur « Les classiques de la mémoire humaine », une deuxième série a débuté sur le thème « Utopie et carnaval ». Il s'agit d'un authentique partage, comme en témoigne une audience toujours aussi nombreuse, diverse, participante et chaleureuse.

Ouverture internationale, enfin. Le Collège de France a signé de nouvelles conventions d'enseignement avec des universités étrangères telles que l'Université Libre de Bruxelles et les universités francophones de Belgique, l'université et l'École polytechnique fédérale de Lausanne, etc. Un deuxième colloque du Collège de France à l'étranger s'est tenu à Berlin sur le thème « Le monde de la santé publique et de la prévention ».

Le Collège de France est toujours en chantier, mais 2008 verra l'aboutissement de certains d'entre eux. Et tout d'abord, la bibliothèque générale dont l'ouverture est programmée au cours du premier semestre prochain. L'aménagement des locaux de chimie et biologie permettra l'installation des laboratoires des chaires de Chimie de la matière condensée et de Processus morphogénétique courant 2008. Ces locaux permettront aussi l'accueil de nouvelles jeunes équipes de recherche au Collège. Et, attendue de tous, dans le même temps aura lieu l'ouverture de la cafétéria. Ainsi, pourrons-nous retrouver un lieu de restauration et de convivialité.

Ce bilan est le fruit d'un remarquable effort de tous, enseignants, personnels administratifs et techniques. Cet effort s'est fait à effectif constant et a donc nécessité de la part des personnels du Collège de France une mobilisation sans faille, l'acquisition de nouvelles connaissances, une disponibilité et une grande réactivité. La mise en route de ces actions a été facilitée par la gouvernance simplifiée dont dispose le Collège, qui lui permet de répondre rapidement à un problème qui se présente et de prendre les décisions qui s'imposent. La politique ambitieuse du Collège de France exige des moyens financiers importants. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche a répondu présent à nos demandes financières pour terminer les travaux de la phase 2. Mais, nous l'avions dit en 2006, nous ne pouvions tout attendre de l'État et il nous fallait chercher à compléter la dotation publique par d'autres sources de financement, grâce au développement de partenariats et à la recherche de mécénats. Le Collège de France a déjà bénéficié d'aides financières remarquables, notamment de la part de la Fondation Bettencourt-Schueller et de M. Michel David-Weill. Pour autant, le Collège de France reste totalement libre de ses orientations, de ses choix stratégiques, de la nomination de ses professeurs dans les disciplines et les domaines qu'il définit lui-même et lui-même seul. L'Administrateur a la charge de faire vivre l'institution au service de tous, en trouvant et en adaptant les moyens financiers et en personnels aux objectifs définis par le Collège. C'est à cette tâche que je m'emploierai pour la prochaine année de mon mandat.