Chaires annuelles

Chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt

L'alchimie du vide - interactions lumière-matière en chimie physique

Thomas Ebbesen, Professeur à l’Université de Strasbourg, est nommé titulaire de la chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt pour l’année académique 2017/2018

Physico-chimiste, Thomas Ebbesen s’attache à mieux comprendre les phénomènes dits de "couplage fort lumière-matière" et d’en explorer les conséquences sur les propriétés des molécules et des matériaux. Reconnu pour ses travaux précurseurs dans le domaine des nanosciences et ses recherches à l’interface de la physique et de la chimie, il est à l’origine de la découverte d’un nouveau phénomène optique appelé "transmission optique extraordinaire", phénomène qui permet aujourd’hui des applications dans de nombreux domaines, de la biologie à l'opto-électronique et qui a, par exemple, donné lieu à des applications industrielles comme l’amélioration de la qualité des lasers ou l’augmentation du rendement des fibres optiques.

Leçon inaugurale le mercredi 2 mai 2018 à 18h00

Chaire Informatique et sciences numériques

Algorithmes

Claire Mathieu, Directrice de recherche au CNRS, est nommée titulaire de la chaire Informatique et sciences numériques pour l’année académique 2017/2018, une chaire du Collège de France créée en partenariat avec Inria.

Comprendre, décrire, modéliser ou encore concevoir et développer de nouvelles techniques : les champs de recherche de l’algorithmique sont vastes et subissent de profonds développements. Ils constituent un enjeu fondamental de l’informatique du XXIe siècle, notamment face à des données de plus en plus massives et dispersées, ainsi qu’un enjeu éthique au regard de l’utilisation de ces données. Claire Mathieu est l’une des plus éminentes représentantes de ce domaine.

« Le problème est qu’en matière d’algorithmes la pratique a pris énormément d’avance sur la théorie et la compréhension en profondeur des mécanismes mathématiques qui les régissent. Ce retard induit effectivement des risques de manipulation sans contrôle. Mais s’ils sont bien conçus et compris, les algorithmes sont aussi de puissants outils d’optimisation qui peuvent contribuer au bien commun, comme par exemple dans l’analyse des données médicales. »

- Leçon inaugurale le jeudi 16 novembre 2017 à 18h00

Chaire Européenne

L'Europe des images

Victor Stoichita, Professeur à l’université de Fribourg, est nommé titulaire de la chaire européenne pour l’année académique 2017/2018.

Historien et critique d’art, Victor Stoichita n’a cessé d’interroger la place des images, de l’art et du regard dans la constitution de l’identité européenne. Spécialiste de la peinture de la Renaissance et du baroque, notamment en Italie et en Espagne, il aborde les œuvres en véritable anthropologue de l’image. Il s’est particulièrement intéressé à l’herméneutique des images et à leur fonction dans la tradition occidentale. Au Collège de France, sous l’intitulé général de L’Europe des images, il proposera une série de cours sur le thème de l’artiste en voyage à l’aube des Temps modernes.

« Que peut-on encore apprendre aujourd’hui de ces voyages, réels ou virtuels, qui sont autant de moyens de faire circuler les regards, les images et les valeurs ?  Quelle représentation de l’homme l’Europe a-t-elle forgée et transmise, au seuil de la modernité ?  Comment l’altérité a été représentée, hiérarchisée, dans l’idéal de beauté de la Renaissance et comment se forme une sensibilité nouvelle avec l’arrivée de gens "autres" ? »

- Leçon Inaugurale le jeudi 25 janvier 2018 à 18h00

Chaire Mondes francophones

Urgence(s) d'écrire, rêve(s) d'habiter

Yanick Lahens est née en 1953 en Haïti où elle fait une partie de ses études secondaires, avant de partir en France pour son cursus universitaire en Lettres modernes. Elle retourne en Haïti en 1977. Elle y enseigne la littérature à l’université d’État d’Haïti et participe, à l’Institut pédagogique national, à la mise en place de la réforme qui contribuera, entre autres, à introduire l’enseignement du créole dans les premières années de l’école primaire. Elle publie ses premiers articles sur la littérature et la société haïtiennes.

« La création de cette chaire par le Collège de France en partenariat avec l’AUF est d’une très grande importance parce qu’elle est le signe que dans ce haut lieu symbolique du savoir qu’est le Collège de France, se pose la question de la nécessité de s’ouvrir à d’autres espaces, d’autres savoirs. Cette démarche est essentielle pour comprendre les enjeux du monde d’aujourd’hui. Un monde dans lequel nous sommes de plus en plus exposés les uns aux autres, où les imaginaires se sont complexifiés et où nous sommes appelés à ne plus être cloisonnés dans des frontières, une identité ou une langue. Quel meilleur choix pour éclairer ces mutations que de partir d’Haïti « où le colonialisme s’est noué et s’est dénoué pour la première fois ». De sa littérature écrite en grande partie en langue française. Haïti aujourd’hui au carrefour de plusieurs souffles, de plusieurs langues pose la question centrale de « l’habiter » dans un tel monde. »