Vers une redéfinition des théories du temps