Un effet Grande Guerre sur la psychiatrie française ?