Le Dublamah et la vie juridique