Tragédie en bibliothèque : les Faust monumentaux et le canon