du
 → 

Pourquoi donc avoir choisi cette année de travailler sur l'histoire de l'assyriologie ? Sans doute par désir de changement, après deux années passées à étudier la Babylonie sous les successeurs de Hammu-rabi. Plus encore, par souci de ne pas accorder une attention trop exclusive au monde paléo-babylonien, auquel a été consacré mon enseignement depuis quatre ans. Docet omnia : la devise du Collège de France est généralement comprise comme signifiant que toutes les disciplines doivent y être enseignées. Mais chacune de nos chaires peut aussi appliquer ce mot d'ordre à elle-même, en traitant de sujets aussi variés que possible, dans les limites de nos compétences bien entendu. Mon choix de cette année se situe dans le prolongement d'études historiographiques que j'ai déjà menées depuis une vingtaine d'années. Il m'a aussi été inspiré par trois récentes commémorations : celle des 150 ans de l'École pratique des hautes études, fondée en 1868, celle des 90 ans de la découverte d'Ugarit en 1929 et celle, plus discrète, des 85 ans de la découverte de Mari en 1933.

Références

[1] Le manuscrit du livre qui est issu de cet enseignement a déjà été remis à l'éditeur ; il était programmé pour paraître en 2022 dans la série Docet omnia, coéditée par le Collège de France et les Belles-Lettres.

Programme