15 jan 2013
09:30 - 11:00
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

Le bébé dispose-t-il déjà d’un sens des probabilités qui lui permette de se représenter des distributions de probabilité, de les mettre à jour en appliquant la règle de Bayes, et de les utiliser pour générer des prédictions qu’il compare aux données reçues du monde extérieur ?

Pour Jean Piaget et Bärbel Inhelder (La genèse de l’idée de hasard chez l’enfant, 1951), la réponse ne peut être que négative. L’enfant ne peut comprendre l’irréversibilité du hasard avant le stade des « opérations réversibles ». Selon Piaget, ce ne serait que vers 7-11 ans qu’apparaîtrait l’idée du hasard, « mais les opérations élémentaires d’ordre (ordonner une suite ABC…) sont loin de suffire à la constitution d’un schème complet de permutations proprement dites ». Cette maîtrise apparaîtrait vers 12 ans.

Piaget et Inhelder s’appuient sur une série d’expériences dans lesquels les enfants de 4-5 ans répondent effectivement sans tenir compte des probabilités. Mais leur erreur consiste à s’appuyer exclusivement sur l’introspection verbale des enfants (ou leurs dessins), plutôt que sur les connaissances implicites que l’on peut déceler dans leur regard, leur surprise, ou leur choix spontané. À l’aide de ces techniques, les sciences cognitives contemporaines démontrent que les bébés sont compétents pour le calcul probabiliste. Un bébé de douze mois, qui voit pour la première fois une urne contenant trois objets bleus et un jaune, manifeste sa surprise lorsqu’un tirage aléatoire voit sortir l’objet jaune plutôt que l’un des bleus. Sa surprise est directement proportionnelle à l’improbabilité du résultat observé (Teglas et al., 2011). Sa capacité d’anticipation est probabiliste, mais elle n’est pas fréquentielle. Selon Luca Bonatti, il n’a pas besoin d’observer de nombreux tirages pour en calculer les probabilités : sa déduction probabiliste se fonde exclusivement sur un modèle interne de la logique de la situation. Ce modèle interne combine des sources d’informations spatiales, temporelles et probabilistes. Le bébé réalise vraisemblablement une simulation mentale probabiliste, en s’appuyant sur les principes de solidité et de continuité spatio-temporelle des objets physiques. L’hypothèse d’une simulation interne rend compte de toute une série d’expériences sur le sens des probabilités, le concept d’objet, l’occlusion et le sens du nombre chez le bébé (Teglas et al., 2011).